Miracoli FC : une école de football d’un nouveau genre

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Italie, Rome
Date de début 01.01.2024
Date de fin 30.03.2025
Coût du projet EUR 120 700
Investissement de la Fondation EUR 100 700
Identifiant du projet 20230223
Partenaires Calciosociale
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres

Contexte 

À Corviale (banlieue de Rome), les jeunes sont influencés par des comportements négatifs, ce qui nous oblige à chercher continuellement de nouvelles façons de les convaincre de suivre une voie socio-éducative. Le football étant l’un des sports les plus appréciés au monde, il constitue le catalyseur idéal pour faire du Campo dei Miracoli (notre bureau local) un lieu de rencontre pour les jeunes et leur famille.

Objectifs du projet

  • Faciliter l’accès au sport.
  • Favoriser l’inclusion et lutter contre la discrimination grâce au football.
  • Développer les compétences émotionnelles et interpersonnelles chez les jeunes risquant d’être mis à l’écart de la société et encourager les attitudes sociales.
  • Promouvoir une vision nouvelle des écoles de football et de la communauté par le sport.
  • Faire participer les parents aux différentes activités afin de travailler en synergie avec eux et d’accroître ainsi les effets positifs sur les enfants et la région.

Contenu du projet

Le projet Miracoli FC entend créer la première école de football mixte dans la banlieue de Corviale basée sur les principes et les valeurs de Calciosociale. Les terrains de football deviennent des lieux d’entraînement pour la vie, des lieux où l’inclusion est vraiment possible. Les participants apprennent non seulement à adopter un style de vie sain grâce au sport, mais aussi à passer du temps ensemble, à partager leurs émotions et à suivre un parcours éducatif qui leur permettra de construire un avenir meilleur, différent de ce qu’ils vivent actuellement.

Entraînement de football : chaque semaine, deux séances d’entraînement sont coordonnées par des entraîneurs, des éducateurs, des psychologues et des nutritionnistes expérimentés. Cette année, nous avons décidé de renforcer la compétitivité des 13-20 ans et de cibler davantage d’adolescents susceptibles d’être impliqués dans la délinquance ou la toxicomanie.

Tournoi de football social : un tournoi est organisé une fois par semaine, dans le respect des règles de Calciosociale. Un thème est associé au tournoi et les équipes choisissent un nom en lien avec ce thème. Chaque année, le thème change. L’année dernière, le thème du tournoi était la protection de l’environnement. Les équipes ont ainsi choisi des noms de femmes et d’hommes qui se battent pour cette cause. Certaines des activités organisées en dehors du terrain sont également inspirées du thème en vigueur.

Réseautage avec les parents : afin d’avoir plus d’effets positifs sur les bénéficiaires du projet, il est essentiel de créer des liens avec leur famille. Il a ainsi été décidé cette année de nommer une personne responsable du réseau des parents, qui a été créé au cours de la première année du projet.

Ateliers à l’intention des parents : au cours de la première année, nous avons constaté qu’une approche informelle avec les parents donnait de meilleurs résultats pour ce qui est d’inspirer de la confiance. Il a donc été décidé de permettre aux parents de participer à des activités visant à consolider l’esprit d’équipe, à sensibiliser les parents eux-mêmes et à adopter une approche saine des compétitions sportives : encourager le long de la touche et apprendre à respecter les adversaires, les entraîneurs et les coéquipiers des enfants.

Partenaire

Thérapie par l’art et le sport pour renforcer l’aspect psychosocial des programmes de réintégration des enfants qui ont participé aux conflits en Colombie

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Colombie, Cali et Medellin
Date de début 01.07.2023
Date de fin 30.06.2024
Coût du projet EUR 79 496
Investissement de la Fondation EUR 20 087
Identifiant du projet 20230122
Partenaires WAPA International
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Victimes de conflits

Contexte 

En Colombie, durant les cinq décennies de conflit armé, quasiment tous les groupes armés ont recruté des enfants en tant que soldats tantôt dans les villages, tantôt dans les villes. Ils auraient été près de 18 000 à avoir été enrôlés. Les enfants ont « rejoint » les groupes armés pour différentes raisons : des conditions économiques difficiles, la violence domestique, le manque d’opportunités, le désir de vengeance, les menaces et le recrutement forcé.

Objectifs du projet

Le but des programmes Kuakumun (à Medellin) et Arteuma (à Cali) est de renforcer les projets de vie des jeunes filles et garçons démobilisés du conflit et de les aider à prendre conscience de leur potentiel personnel et social grâce à la participation à l’art et au sport. Ils développent ainsi de nouvelles compétences nécessaires pour réintégrer la société civile et reprendre possession de leurs droits et devoirs. Le but est qu’ils se sentent apaisés et disposés à entreprendre un travail psychologique de fond ainsi qu’à s’investir dans l’apprentissage d’un métier.

Contenu du projet

Deux projets, « Arteuma » à Cali et « Kuakumun » à Medellin, se déroulent dans deux centres de réinsertion et sont destinés aux adolescents démobilisés des guérillas et d’autres groupes armés.

L’approche psychosociale par l’art

Des séances de musique, de danse, d’arts plastiques, de théâtre, ou encore de broderie représentent bien plus qu’une simple distraction dans l’emploi du temps des jeunes. Elles leur permettent de développer des compétences aussi bien personnelles que sociales :

  • mieux se connaître, retrouver la confiance en soi, se découvrir des talents et explorer de nouvelles perspectives d’avenir au-delà du port d’armes ;
  • apprendre à contrôler son agressivité, développer sa tolérance, sa patience et sa concentration ;
  • panser ses blessures et aller de l’avant, apprendre à construire au lieu de déconstruire ;
  • travailler en équipe, respecter les différences, entrer en relation avec les autres sans rivalité ;
  • combattre sa timidité ;
  • créer des amitiés.

Ces séances sont accompagnées de sorties et d’événements artistiques, notamment la présentation des œuvres créées à d’autres jeunes de la société, des rencontres avec des artistes professionnels et la visite d’un musée  Ces échanges sont bénéfiques aux jeunes, car ils leur permettent de retrouver leur fierté et d’être considérés autrement que comme des ex-enfants soldats.

L’approche psychosociale par le sport

Notre projet ambitionne de renforcer notre stratégie d’accompagnement psychosocial par l’art-thérapie en y ajoutant une composante de sport-thérapie. Il est mené par une équipe interdisciplinaire composée de travailleurs psychosociaux et d’entraîneurs sportifs professionnels.
Le programme comprend, entre autres, des initiations et des séances hebdomadaires dans trois disciplines sportives (football, natation et exploration aquatique, arts martiaux), des entraînements, des rencontres avec des sportifs de haut niveau, l’achat de matériel sportif, des sorties sportives et éducatives, ainsi que l’organisation d’un tournoi.
Pourquoi le sport ? Parce que le bien-être mental passe aussi par le corps et parce que les jeunes nourrissent un grand intérêt pour ce type d’activités.

Au moyen d’une pratique sportive, les jeunes :

  • renforcent leurs facultés relationnelles ;
  • réapprennent à nouer des liens ;
  • accroissent leur estime d’eux-mêmes et leurs aptitudes sociales ;
  • enrichissent leurs compétences psychosociales ;
  • apprennent à s’investir dans un projet ;
  • apprennent à travailler collectivement ;
  • retrouvent une hygiène de vie ;
  • apprennent à tenir compte de leurs propres limites ;
  • apprennent à accepter leur corps.

Partenaire

This is How We Football

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Fidji, Îles Cook, Îles Salomon, Kiribati, Nouvelle-Calédonie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa, Samoa américaines, Tahiti, Tonga, Vanuatu
Date de début 08.03.2023
Date de fin 31.03.2025
Coût du projet EUR 1 170 904
Investissement de la Fondation EUR 175 000
Identifiant du projet 20230422
Partenaires Confédération océanienne de football (OFC)
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Renforcement des partenariats - Style de vie sain

Contexte 

En 2022, la Confédération Océanienne de Football (OFC) a essayé de comprendre et de surmonter les obstacles à la participation auxquels les femmes et les filles sont confrontées, et a mis en place un projet visant à lutter contre l’inégalité des genres et la violence à caractère sexiste dans la région.

En effet, celle-ci connaît certains des taux les plus élevés – deux fois plus élevés que la moyenne mondiale – de violence à l’égard des femmes et des filles, avec environ deux femmes sur trois touchées par la violence sexiste. On retrouve cette discrimination sur les terrains de football : 70 % des femmes ne sont pas suffisamment actives physiquement et les femmes et les filles sont largement sous-représentées parmi les joueurs et aux postes de direction du football.

La capacité du football à atteindre les communautés et à rassembler les personnes dans tout le Pacifique est unique. Il est le sport le plus populaire dans la région et représente un moyen efficace et peu coûteux d’apporter des changements sociaux et d’atteindre nos objectifs de développement régionaux et internationaux.

Objectifs du projet

Objectif général

Le projet est conçu pour faire tomber les obstacles à la participation des femmes et des filles et les inciter à s’engager dans le sport tout au long de leur vie, en encourageant les attitudes et les actions positives en faveur de l’égalité des genres, en mettant en place des institutions sûres et solidaires, et en plaidant en faveur d’un changement social plus large dans tous les domaines du jeu.

Objectifs spécifiques

  • Chaque année, participation de 15 000 filles âgées de 13 à 18 ans à des activités de football et transmission de messages d’autonomisation et de résistance à la violence à caractère sexiste dans le Pacifique.
  • Participation de 30 000 garçons et filles âgés de 6 à 12 ans à des programmes en faveur de l’égalité des genres.
  • Plus de 800 entraîneurs faisant preuve d’une compréhension accrue et d’une attitude positive à l’égard des filles dans le football.
  • Plus de 800 entraîneurs, enseignants et bénévoles communautaires formés à la sauvegarde de l’enfance.
  • Cours en ligne sur l’égalité des genres, la diversité et l’inclusion réunissant 5000 participants chaque année.
  • Politique de sauvegarde et personne de référence dans toutes les associations membres de l’OFC, ainsi que plans d’action nationaux visant à obtenir l’égalité des genres et à lutter contre la violence dans et par le football, notamment des partenariats en vue d’accroître la participation des femmes en toute sécurité.

Contenu du projet

Le projet adopte une approche globale pour parvenir à une plus grande égalité, grâce à la compréhension des besoins et au soutien du changement parmi les joueurs et les entraîneurs, dans les organisations et au sein de la communauté dans son ensemble. Il s’appuie sur des recherches approfondies et des activités clés décrites dans le Gender Equality Playbook (Manuel sur l’égalité des genres) de l’OFC.

Il fournit aux enfants et aux adolescents des programmes qui leur permettent d’acquérir les connaissances, les attitudes et les pratiques nécessaires pour renforcer l’autonomisation des femmes, lutter contre la violence sexiste et permettre aux participants eux-mêmes de devenir des acteurs du changement au sein de leurs communautés. Ces activités sont soutenues par la formation et le développement des compétences, le soutien aux associations membres de l’OFC et à d’autres organisations de football, ainsi que par des campagnes nationales et régionales d’autonomisation des genres.

Partenaire

Play it Safe

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Thailande, districts de Mae Sot et de Phop Phra
Date de début 01.01.2024
Date de fin 31.12.2024
Coût du projet EUR 59 079
Investissement de la Fondation EUR 45 243
Identifiant du projet 20230667
Partenaires Help Without Frontiers Thailand Foundation
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres

Contexte 

Les conséquences économiques de la pandémie de COVID-19 et du coup d’État au Myanmar en 2021 ont aggravé la vulnérabilité de la population migrante birmane dans le district de Mae Sot. Les communautés sont de plus en plus fréquemment confrontées à des risques en lien avec la sécurité alimentaire, l’exploitation, les problèmes de santé mentale et le chômage. Les enfants sont particulièrement vulnérables, car ils sont exposés à de nombreux risques, dont les problèmes de santé mentale, le mariage précoce, le travail des enfants ainsi que l’accès limité au sport et aux loisirs en raison de l’insécurité.

Objectifs du projet

  • Augmenter les mécanismes préventifs et réactifs de protection des enfants à la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar en offrant des formations et des ressources aux enseignants, aux entraîneurs et aux enfants qui participent aux activités footballistiques.
  • Remettre en question les rôles et les normes sociales de genre chez les enseignants et les enfants migrants dans la zone frontalière grâce à des activités footballistiques et de protection des enfants sensibles au genre.
  • Renforcer le soutien à la santé mentale pour les enfants migrants dans la zone frontalière grâce à la mise en œuvre d’un programme de football.

Contenu du projet

« Play it Safe » aborde la question des inégalités et des risques auxquels les communautés migrantes sont confrontées en permettant aux enfants et aux adultes d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour relever les défis, inspirer des changements sociaux positifs et transmettre ces acquis au sein de leurs communautés. Dans le cadre du projet, des activités sportives sensibles au genre sont organisées par des entraîneurs juniors issus de la communauté d’accueil afin de promouvoir l’égalité des genres et la protection de l’enfance. Le projet vise également à renforcer les bonnes pratiques en matière de sauvegarde et à s’assurer que les communautés disposent d’un environnement d’apprentissage sûr et inclusif.

 

Partenaires

GCL – Ligue communautaire pour filles

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Philippines, Tacloban
Date de début 01.02.2024
Date de fin 31.01.2025
Coût du projet EUR 169 950
Investissement de la Fondation EUR 32 975
Identifiant du projet 20230961
Partenaires Fundlife International Inc.
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité

Contexte 

Aux Philippines, 4,8 millions d’enfants abandonnent l’école chaque année, car ils sont contraints de travailler, principalement en raison de la pauvreté. Le taux de pauvreté dans la province de Leyte avoisine les 48 %. C’est le plus élevé du pays après l’île de Mindanao. La pandémie de COVID-19 a eu des conséquences catastrophiques : les écoles ont été fermées pendant plus de 700 jours, et les enfants défavorisés ne pouvaient pas accéder aux cours en ligne. En décembre 2021, le typhon Rai a encore réduit l’accès à l’enseignement. L’école a repris à la fin de l’année 2022, mais les enfants ont du mal à y retourner.

Objectifs du projet

FundLife a pour mission de donner à tous les enfants les mêmes chances et le même soutien pour les aider à réussir. Les principaux objectifs de Girls Community League (GCL, Ligue communautaire pour filles) sont :

  • permettre aux enfants contraints de quitter l’école en raison de la pandémie de COVID-19 et/ou du typhon Rai d’accéder à des espaces sûrs pour jouer et apprendre au sein de leur communauté ;
  • offrir un soutien éducatif à ces enfants lors de leur retour à l’école grâce à notre méthodologie « Jouer, croire, réussir » ; et
  • accroître l’engagement des filles et leur capacité à prendre des décisions grâce à une approche qui les place au premier plan.

Contenu du projet

La GCL s’inscrit dans le prolongement du projet phare de FundLife, qui est en cours à Tacloban et à Cebu. Elle vise à atténuer les répercussions négatives de la pandémie et du typhon Rai sur l’accès à l’éducation. Il s’agit d’un programme de protection et d’éducation axé sur les filles et basé sur l’expérience du jeu et de l’apprentissage qui aide ces dernières : 1) à retourner à l’école après plus de 700 jours d’interruption ; 2) à ne pas abandonner plus tard et à terminer leur scolarité  ; et 3) à améliorer leur future employabilité et leurs compétences entrepreneuriales.

 

Partenaire

Le football pour l’égalité et l’éducation

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Palestine, Tulkarem, Nablus, Ramallah et al-Bireh, Jerusalem et Bethlehem
Date de début 01.12.2024
Date de fin 30.07.2024
Coût du projet EUR 30 000
Investissement de la Fondation EUR 30 000
Identifiant du projet 20231061
Partenaires Palestine Sports for Life (PS4L)
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Style de vie sain

Contexte 

En raison de décennies de pressions politiques et économiques liées aux conflits et à l’oppression, la société palestinienne est devenue de plus en plus fragmentée, laissant de nombreux Palestiniens déconnectés et distants les uns des autres. Ces fractures sont particulièrement néfastes pour les jeunes qui sont déjà vulnérables et ont besoin de conseils et de possibilités pour développer leurs compétences de vie et conserver leur bien-être.

Un grand nombre d’enfants palestiniens sont exposés à des dangers tels que la violence physique et psychologique, les abus sexuels, le mariage précoce, le travail des enfants, la violence politique et les conflits. La pauvreté, le chômage et les conditions de vie dans des zones surpeuplées aggravent encore les risques qui pèsent sur leur sécurité et les conséquences des traumatismes qu’ils subissent. Les projets basés sur le football offrent une approche créative pour lutter contre la violence, la maltraitance et la négligence en renforçant les capacités institutionnelles et en répondant aux besoins psychosociaux uniques des bénéficiaires.

Objectifs du projet

Tous les enfants ont le droit fondamental de vivre, d’apprendre et de jouer dans un environnement sûr et stimulant, ce qui a des effets importants sur leur santé mentale. L’objectif général du projet est d’améliorer le bien-être des enfants et des adolescents qui fréquentent des écoles gérées par l’UNRWA (l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens) en Cisjordanie au moyen d’activités sportives et axées sur les compétences de vie. Le projet vise également à fournir un espace inclusif sûr où les jeunes filles, en particulier, peuvent faire du sport.

En outre, il entend renforcer la capacité des enseignants à proposer des activités de développement basées sur le sport, réaliser des analyses portant sur l’égalité des genres, et garantir la protection et la sauvegarde des enfants dans les camps de réfugiés.

 

Contenu du projet

PS4L travaille en étroite collaboration avec l’UNRWA afin de fournir un soutien psychosocial essentiel et de proposer des programmes de développement aux enfants des écoles de l’agence. Dix enseignants seront formés à la méthodologie du football pour le développement, ce qui leur permettra d’organiser des séances de football et de compétences de vie de grande qualité. Au moins 500 enfants de capacités différentes réfugiés et marginalisés, dont 70 % devraient être des filles, participeront à des sessions de formation hebdomadaires basées sur le football et portant sur les compétences de vie et l’égalité des genres et seront ainsi valorisés.

Partenaire

DIANGSPORT (éducation par le sport en wolof)

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Sénégal, Mbour et Saly
Date de début 06.12.2023
Date de fin 31.12.2024
Coût du projet EUR 31 000
Investissement de la Fondation EUR 21 000
Identifiant du projet 20230494
Partenaires AKA Association Kenskoazell Afrika
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Infrastructure et équipement - Protection de l’environnement - Renforcement des partenariats - Style de vie sain

Contexte 

À l’occasion de l’inauguration du Lycée Demba Diop (terrain multisports et salle polyvalente 2022), trois proviseurs sont venus nous voir pour nous demander d’aider leurs lycées dépourvus de toutes infrastructures sportives.

Après avoir visité les lycées en juin 2023, nous avons décidé de développer une variante d’Educafoot utilisé dans les écoles primaires et de l’adapter aux lycées avec des épreuves sportives et pédagogiques, ainsi qu’un volet environnement et santé (menstruation auprès des filles).

Objectifs du projet

Aider les enfants à s’épanouir et à devenir des citoyens de demain. Pour ce faire, notre programme s’articule autour de plusieurs thématiques comme l’égalité des genres, l’accès au sport, l’éducation à l’environnement, les valeurs du sport, le goût de l’effort, le dépassement de soi, le vivre ensemble, le respect des règles, le respect des adversaires, l’éducation à la santé. L’idée est de faire de ces enfants des personnes qui se sentent bien à la fois dans leur tête et dans leur corps.

Contenu du projet

Nous utilisons une boîte à outils pour atteindre nos objectifs. Nous recourons par exemple à la mixité pour composer les équipes dans les différentes épreuves, à l’arbitrage par des filles et garçons pour développer le leadership et la prise de décision. Nous développons l’éducation à l’environnement par la diffusion d’un film suivi d’un échange et la confection d’un filet à base de déchets plastiques, le nettoyage de l’école avant chaque rencontre. Nous organisons des épreuves pédagogiques en français et en mathématiques. Nous mettons en place le co-capitanat et abordons des questions relatives à la santé, notamment les menstruations pour les filles.

Partenaire

Sport pour le développement

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Turquie
Date de début 01.01.2024
Date de fin 31.12.2024
Coût du projet EUR 250 000
Investissement de la Fondation EUR 200 000
Identifiant du projet 20230844
Partenaires Organisation Bonyan pour le développement des juniors
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Enfants en situation de handicap - Protection de l’environnement - Renforcement des partenariats - Style de vie sain - Victimes de conflits

Contexte 

Les réfugiés syriens et leurs communautés d’accueil rencontrent tous deux des obstacles lorsqu’il s’agit de pratiquer un sport en Turquie. Des ressources limitées, les différences culturelles et les barrières linguistiques entravent l’accès aux activités sportives, ce qui a des répercussions sur le bien-être physique et mental des personnes.

Objectifs du projet

L’objectif de Sport pour le développement est de créer des programmes sportifs inclusifs qui s’adressent aux réfugiés et aux communautés d’accueil à Sanlıurfa et à Adıyaman. En offrant aux enfants réfugiés et aux enfants locaux la possibilité de jouer ensemble dans un cadre sûr et adapté, nous cherchons à favoriser la compréhension mutuelle et l’intégration sociale ainsi qu’à promouvoir l’inclusion et l’égalité des genres. Nous associerons le sport à des activités spécialisées en matière de santé mentale et de soutien psychosocial afin de permettre à ces enfants vulnérables de devenir autonomes sur les plans physique et mental, de leur transmettre des compétences de vie essentielles, de renforcer leur résilience et de créer un sentiment de bien-être et d’appartenance à leur communauté. Ce faisant, nous espérons être un catalyseur de changements positifs, en promouvant les droits fondamentaux et le développement général des enfants vulnérables, indépendamment de leur origine et de leur nationalité.

Contenu du projet

  • Accroître la participation des filles aux activités sportives
    • Programmes réservés aux filles
    • Campagnes ciblées
    • Activités sportives indépendantes du genre
    • Partenariats avec des écoles
    • Mise à contribution des parents et des familles
    • Accessibilité des installations sportives
    • Collaboration avec des organisations de femmes
    • Bourses d’études et mesures d’encouragement
  • Intégrer la sensibilisation à l’environnement dans le sport
    • Équipements sportifs verts
    • Poubelles de recyclage et gestion des déchets
    • Initiatives de surcyclage
    • Campagnes de sensibilisation
    • Événements sportifs respectueux de l’environnement
    • Nettoyages par les communautés
  • Utiliser le football comme un outil de promotion de la santé mentale et de soutien psychosocial
    • Le football pour réduire le stress
    • Activités visant à consolider l’esprit d’équipe
    • Sessions de sensibilisation à la santé mentale
    • Réseaux de soutien par les pairs
    • Séances de football thérapeutiques
    • Le sport comme mécanisme d’adaptation
    • Célébrer les réussites
    • Orientation vers un soutien professionnel
  • Ligues de football électronique
    • Organisation de matches de championnat
    • Suivi et enregistrement des résultats
    • Matches de barrage et phase finale
    • Prix et distinctions
    • Feed-back et évaluation

Partenaire

Amigos for Children : visites d’enfants malades à l’hôpital

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Budapest, Szombathely, Szeged, Pécs, Debrecen et Miskolc (Hongrie)
Date de début 12.01.2022
Date de fin 01.11.2025
Coût du projet EUR 19 949
Investissement de la Fondation EUR 19 949
Identifiant du projet 20230356
Partenaires Amigos for Children Foundation
Catégories Développement personnel - Egalité des genres - Enfants en situation de handicap

Contexte 

Les enfants qui subissent de longs traitements hospitaliers sont des héros du quotidien. Nous pensons que leur rendre visite, être leurs partenaires, amis, modèles et enseignants de confiance est un honneur et un grand service qui profite à tous. Les amigos sont socialement responsables car ils font quelque chose d’utile et font partie d’une précieuse communauté. Les enfants se font de nouveaux amis et modèles, s’amusent et acquièrent des connaissances, tandis que les parents et les professionnels de la santé reçoivent un soutien.

Objectifs du projet

L'année dernière, dans le cadre de notre projet de la Fondation UEFA, nos bénévoles ont développé un manuel d'apprentissage de l'anglais sur le thème du football. Cette année, nous aimerions donc l'implémenter dans nos séances à l'hôpital.

Pour 2024, nous nous sommes fixés les objectifs suivants :

  • Rien qu’avec des visites à l’hôpital, nous pouvons aider environ 1000 enfants qui seront motivés par le sport et se feront de nouveaux amis.
  • Aider un enfant dans un hôpital signifie, espérons-le, aider également ses parents (environ 1500 personnes supplémentaires) et sa famille (en moyenne, les enfants hongrois ont 1,6 frères et sœurs, donc 1600 enfants de plus).
  • Notre base de bénévoles compte environ 60 nouveaux bénévoles.
  • Nous promouvons un style de vie sain et le bien-être mental de nos bénévoles, soit plus de 200 étudiants universitaires.

Contenu du projet

Après neuf ans d’existence, notre but est de reprendre toutes les activités en présentiel, car c’est ce qui apporte le plus de joie aux enfants et aux amigos. Au printemps 2024, nous avons lancé notre projet à Miskolc. C’est une étape importante car il s’agit de notre sixième et dernier centre d’oncologie pédiatrique en Hongrie. En 2023, nous avons rendu visite à plus de 1000 enfants à l’hôpital, et nous prévoyons d’en faire autant cette année. Nous renforçons notre base sociale et notre communauté de bénévoles.

Partenaire

Jeux de la jeunesse 2024

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie et Slovénie
Date de début 10.01.2024
Date de fin 30.11.2024
Coût du projet EUR 7 476 965
Investissement de la Fondation EUR 200 000
Identifiant du projet 20230432
Partenaires Association for Sport, Recreation and Education – Youth Games
Catégories Accès au sport - Egalité des genres - Infrastructure et équipement - Protection de l’environnement - Style de vie sain

Contexte 

Plus de 2 565 000 d’enfants ont participé à ces jeux en 27 ans d’histoire.

En 2024, cet événement se déroulera dans quatre pays : la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Serbie et la Slovénie. Des élèves du primaire et du secondaire participent gratuitement à des rencontres dans dix disciplines sportives, et les meilleurs ont la chance de partir pour Split (Croatie) afin de participer à la phase finale internationale.

Outre ces jeux, l’association organise des activités sportives et récréatives régulières pour les enfants afin de promouvoir la santé, la tolérance et des valeurs éthiques. Elle encourage l’adoption d’un style de vie sain reposant sur la bienveillance, l’amitié, la solidarité et le fair-play pour prévenir les addictions et les comportements déviants.

 

Objectifs du projet

  • Réunir des enfants et des adolescents pour qu’ils participent à des activités sportives et récréatives
  • Sensibiliser les enfants et les adolescents et développer une atmosphère positive afin de leur permettre de s’affirmer par le sport et l’amitié plutôt que par des addictions et des comportements déviants
  • Promouvoir le contenu éducatif avec toutes les activités et le formuler comme un message moderne et actuel des jeunes pour les jeunes contribuant de manière significative à la prévention de tous les types d’addictions et l’intégrer dans les programmes sociaux et de santé

En 2024, nous prévoyons la participation de plus de 315 000 jeunes de ces quatre pays. Cette année, l’un des objectifs est d’étendre notre présence à plus de 300 villes et 19 000 footballeuses. Les phases finales nationales dans les quatre pays accueilleront 8000 participants, et la phase finale internationale 1500 participants, dont les frais d’hébergement, de voyage et de compétition seront pris en charge.

Contenu du projet

Le sport sert de moyen de communication avec les participants âgés de 7 à 18 ans à l’occasion de tournois organisés dans plus de 300 villes de Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie et Slovénie. Les Jeux de la jeunesse permettent de promouvoir un style de vie sain et de démocratiser la pratique de dix sports (football, streetball, handball, volleyball, beach volleyball, tennis, ping-pong, échecs, dodgeball et athlétisme), ainsi que de transmettre les valeurs du développement durable aux participants. Un accent particulier est mis sur les tournois de football pour les filles, qui attireront près de 19 000 jeunes footballeuses dans les quatre pays.

Partenaire

Le sport pour l’égalité des chances en Arménie

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Arménie, Province de Tavush
Date de début 01.01.2024
Date de fin 31.12.2024
Coût du projet EUR 166 900
Investissement de la Fondation EUR 117 000
Identifiant du projet 20230247
Partenaires Bridge of Hope NGO
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Enfants en situation de handicap

Contexte 

En Arménie, les perceptions et les attitudes à l’égard des enfants en situation de handicap sont un véritable frein à l’intégration de ces derniers dans les communautés et les empêchent d’atteindre des objectifs fondamentaux. Les attitudes négatives sont liées aux stéréotypes et à la conviction que, en raison de leur handicap, ces enfants ne peuvent pas participer à la vie de la communauté et à l’éducation sur un pied d’égalité avec leurs pairs. De telles attitudes entraînent souvent un isolement social et une exclusion des réseaux sociaux de ces enfants.

Le problème est particulièrement grave dans les régions reculées comme Tavush, où les communautés considèrent souvent les enfants en situation de handicap comme incapables ou malades et estiment qu’ils sont un fardeau pour leur famille. Ces perceptions négatives limitent leurs possibilités de développement et d’inclusion sociale.

Environ 58 % des enfants en situation de handicap en Arménie vivent dans une pauvreté extrême et dans des environnements inhospitaliers, avec un accès limité à l’éducation, au sport et aux interactions sociales et culturelles.

Le projet cherche à faire tomber les barrières et à donner à tous les enfants la possibilité de jouir de leur droit de participer à l’éducation et au sport et de vivre de manière autonome au sein de leur communauté, indépendamment de leurs capacités, de leur handicap, de leur genre ou de leur situation.

Objectifs du projet

  • Constituer des équipes de football inclusives dans seize écoles ordinaires à Tavush afin d’autonomiser 240 enfants en situation de handicap et socialement défavorisés en stimulant leur confiance en eux et leur estime d’eux-mêmes et en encourageant l’amitié et le développement personnel.
  • Renforcer les connaissances et les compétences de 32 professeurs d’éducation physique et entraîneurs de football afin de leur permettre d’organiser efficacement des activités sportives inclusives dans leurs écoles.
  • Organiser deux grands tournois de football pour des équipes inclusives afin de montrer les capacités et les réalisations des enfants avec et sans handicap.
  • Renforcer la collaboration et le réseautage locaux afin de promouvoir une plus grande sensibilisation et plaider en faveur d’un changement de politique pour soutenir le sport inclusif, en particulier le football inclusif.

Contenu du projet

  • Formation de 32 professeurs d’éducation physique et entraîneurs de football dans seize écoles en les dotant des connaissances et des compétences nécessaires pour organiser des séances de football inclusives et en mettant l’accent sur des techniques d’entraînement inclusives, des stratégies adaptées et la manière de créer un environnement inclusif et encourageant pour tous les participants.
  • Rénovation de seize terrains de football scolaires afin de créer des espaces sûrs et accessibles pour des activités de football inclusives, modernisation des infrastructures, fourniture d’équipements et accessibilité des terrains pour les personnes en situation de handicap.
  • Sélection et entraînement de 240 filles et garçons, avec et sans handicap, sur la base des préférences individuelles plutôt que de leurs capacités sportives. Les séances d’entraînement mettront l’accent sur le développement des compétences, l’esprit d’équipe et la promotion du sentiment d’appartenance.
  • Organisation de 48 matches de football et de deux tournois pour des équipes de football inclusives de différentes écoles de la province de Tavush. Ces événements permettront non seulement de développer des compétences et de participer à des compétitions amicales, mais aussi de promouvoir l’inclusion sociale et de remettre en question les stéréotypes associés au handicap.
  • Organisation de campagnes de sensibilisation visant à mettre en avant les politiques et pratiques sportives inclusives en dialoguant avec les communautés locales, les écoles et d’autres parties prenantes pour promouvoir les bienfaits du sport inclusif, mettre en lumière les réussites et plaider en faveur de changements de politique favorisant des pratiques inclusives dans le sport et l’éducation.
  • Conférence nationale de clôture à Idjevan, le centre administratif de la province de Tavush, qui réunira des parties prenantes clés telles que le ministère de l’Éducation, des Sciences, de la Culture et des Sports (MESCS) et la Fédération de football d’Arménie (FFA) pour présenter les réalisations et les effets du projet, partager les bonnes pratiques et les enseignements tirés, et faciliter les discussions sur l’avenir du sport et de l’éducation inclusifs en Arménie.

Partenaire

Peace Field (Terrain pour la paix)

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Belgique, Mesen
Date de début 04.01.2024
Date de fin 31.12.2024
Coût du projet EUR 100 000
Investissement de la Fondation EUR 100 000
Identifiant du projet 20230280
Partenaires Children's Football Alliance
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Enfants en situation de handicap - Protection de l’environnement - Renforcement des partenariats - Style de vie sain - Victimes de conflits

Contexte 

Les jeunes réfugiés, les migrants, les personnes en situation de handicap physique ou mental et les adolescents frappés par la pauvreté issus de communautés déchirées par la guerre ont peu d’occasions de s’approprier des projets de promotion de la paix. La faible estime de soi, le manque d’aspiration, la méfiance et les comportements antisociaux continuent d’alimenter la discorde et les inégalités au sein des communautés transfrontalières. Le climat demeure hostile en raison des relations intergénérationnelles qui alimentent souvent le ressentiment, faisant de ces jeunes des cibles faciles pour le recrutement paramilitaire.

Objectifs du projet

  • Aider les jeunes à développer leurs compétences en matière d’organisation, de communication et d’intervention, et leur enseigner le multiculturalisme, la résolution de conflits et la pleine conscience
  • Organiser des événements annuels célébrant la paix par le football sur des « terrains de la paix » en partenariat avec le projet Peace Field de la Flandre
  • Montrer le pouvoir du football
  • Plaider pour l’égalité, la diversité et l’inclusion sociale
  • Sensibiliser aux questions liées à la santé et au bien-être, y compris la santé mentale
  • Encourager l’empathie et la compassion parmi les participants
  • Former les artisans de la paix de demain

Contenu du projet

Le projet est un programme pédagogique conçu pour favoriser la paix par le jeu. Les ressources éducatives en ligne, les boîtes à outils et les webinaires proposés préparent tous les participants aux Global Peace Games qui durent une semaine. Pendant cette période, des sports mixtes tant du point de vue du genre des participants que de leurs capacités, des excursions, des activités artistiques et musicales ainsi que des ateliers sur la résolution des conflits, le multiculturalisme, la déradicalisation et les sciences humaines sont proposés. L’éducation à la paix par le jeu permettra d’utiliser le pouvoir du sport pour former les artisans de la paix de demain.

Partenaire

Garantir aux filles afghanes un accès continu à l’éducation

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Afghanistan
Date de début 01.01.2024
Date de fin 31.01.2025
Coût du projet EUR 701 644
Investissement de la Fondation EUR 25 000
Identifiant du projet 20230601
Partenaires Canadian Women for Women in Afghanistan (CW4WAfghan)
Catégories Egalité des genres - Employabilité

Contexte 

Depuis que les Talibans ont pris le pouvoir en Afghanistan en août 2021, ils ont adopté plus de 80 décrets contre les femmes et les filles afghanes, y compris l’interdiction du droit à l’éducation. Il s’agit d’une violation inquiétante de leurs droits humains fondamentaux, qui constitue une sérieuse menace pour le progrès, la prospérité et le bien-être de la nation. En tirant parti de la technologie, nous pouvons combler le vide éducatif et permettre aux filles afghanes – restées dans le pays ou déplacées – d’accéder à du matériel éducatif de qualité et d’avoir des occasions d’apprentissage.

Objectifs du projet

  • Offrir un meilleur accès à l’école secondaire aux filles afghanes.
  • Augmenter les possibilités de développement professionnel et d’emploi des femmes afghanes.
  • Accroître l’accès gratuit à des ressources éducatives de qualité dans les langues locales afin que les jeunes Afghanes puissent poursuivre leur formation et avoir des projets de carrière, et que les familles soient en mesure d’instiller l’amour de la lecture et d’un style de vie sain à leurs enfants.

Contenu du projet

La Darakht-e Danesh Academi (DD Academi) de CW4WAfghan se compose de trois outils virtuels qui, ensemble, permettent aux femmes et aux filles afghanes ayant été coupées de l’éducation traditionnelle de bénéficier de possibilités d’apprentissage inclusives de haute qualité qui leur donnent les moyens de réaliser leur plein potentiel.

Le premier outil, « DD Library », est un répertoire de plus de 7000 ressources couvrant 127 sujets dans neuf langues, y compris les langues afghanes minoritaires. Avec le soutien de l’UEFA, CW4WAfghan sera en mesure de développer, de traduire et de fournir gratuitement des nouvelles ressources éducatives pour les enfants et leurs familles, en mettant la priorité sur des thèmes tels que l’alimentation, le sport, l’inclusion, l’égalité des genres et un style de vie sain.

Le deuxième outil, « DD Classroom », utilise le pouvoir de la technologie pour garder ouvertes les portes de la classe. Les étudiantes sont formées par des enseignants qualifiés qui donnent des cours en ligne par visioconférence, à des heures déterminées. L’outil « DD Classroom » peut notamment être utilisé pour les leçons du collège et du lycée, les cours universitaires, les séminaires de formation, la formation professionnelle continue, l’alphabétisation de base et les ateliers sur les compétences de vie. Nous aidons les étudiantes qui utilisent l’outil « DD Classroom » à obtenir des accréditations reconnues auprès d’établissements tels que des écoles privées ou des écoles établies hors de l’Afghanistan.

Enfin, « DD Courses » est une plateforme éducative en ligne qui propose une variété de cours autonomes que les élèves et les étudiantes afghanes peuvent suivre à leur propre rythme. Tous les cours sont disponibles en dari, en pachto et en anglais. Une fois inscrites à un cours, les étudiantes peuvent avancer en fonction de leur emploi du temps. Elles effectuent des activités pratiques et des évaluations durant les modules, et obtiennent un certificat à la fin du cours. Les sujets proposés comprennent notamment des cours de niveau universitaire d’un semestre complet, des cours de développement professionnel de courte durée et des leçons sur les compétences de vie.

Partenaire

Éducation et sport flexibles pour les enfants en dehors du système scolaire en Afghanistan

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Kaboul, Charikar et Bagram, Afghanistan
Date de début 01.01.2024
Date de fin 31.12.2024
Coût du projet EUR 258 558
Investissement de la Fondation EUR 75 000
Identifiant du projet 20231088
Partenaires Action for Development
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Infrastructure et équipement - Style de vie sain - Victimes de conflits

Contexte 

L’extrême pauvreté et l’insécurité alimentaire se sont aggravées en Afghanistan depuis que les Talibans ont pris le pouvoir et interdit l’éducation des filles. La pauvreté due à l’économie défaillante a entraîné une augmentation du nombre d’enfants vulnérables cherchant à survivre dans les rues en faisant de petits travaux ou en vendant des articles pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Ces enfants sont issus de familles vulnérables, dont certaines ont migré dans les villes en quête de meilleures conditions de vie, de sécurité et de nourriture. Ils se font engager dans des emplois dangereux qui les exposent à la violence, aux maladies, aux blessures ou même à la mort.

Objectifs du projet

Action for Development (AfD) soutient les enfants (âgés de 6 à 13 ans) qui travaillent dans les rues en leur proposant une éducation semi-formelle (alphabétisation de base, calcul, sport), de la nourriture, un soutien psychosocial, des entraînements de football, etc. Nous disposons également d’une classe de 49 enfants qui suivent une formation professionnelle (cours d’anglais et d’informatique). Depuis l’interdiction de l’éducation, AfD a mis en place des écoles à domicile pour dispenser une éducation aux filles de plus de 13 ans. L’organisation s’engage à donner aux enfants les moyens de renforcer leur résilience.

L’objectif principal est de leur fournir une éducation de qualité afin qu’ils puissent subvenir à leurs besoins lorsqu’ils seront adultes. Notre objectif est de réduire la pauvreté et le travail des enfants. Avec l’augmentation du nombre d’enfants qui travaillent dans les rues, l’objectif d’AfD est d’ouvrir davantage de classes. Les objectifs du projet sont les suivants :

  • Donner accès à une éducation et à une alimentation de qualité à 750 enfants (par l’intermédiaire de centres pour enfants qui travaillent dans les rues et d’écoles à domicile)
  • Améliorer l’égalité des genres
  • Offrir aux filles davantage de possibilités de suivre une formation grâce à une plateforme d’apprentissage numérique
  • Accroître la capacité d’accueil du programme d’enseignement et de formation professionnels à 50 élèves

Contenu du projet

Les différents programmes et activités mis en place pour atteindre les objectifs précités sont les suivants :

  • Introduire une plateforme numérique pour améliorer l’accès des filles de plus de 13 ans à une éducation de qualité.
  • Créer six centres éducatifs pour faciliter la prise en charge des filles et des enfants qui travaillent dans les rues.
  • Offrir un repas quotidien, des cours de football, des bilans de santé et des vaccins aux enfants qui travaillent dans les rues.
  • Organiser des séances de sensibilisation à l’importance de l’éducation et du sport pour les filles.
  • Accroître la participation des enseignants aux séances de formation organisées à leur intention.
  • Garantir un environnement d’apprentissage sûr propice à l’inclusion sociale et au réseautage.

Partenaire

Football pour les filles à l’école primaire et protection des enfants

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Tanzanie
Date de début 01.01.2022
Date de fin 31.12.2024
Coût du projet EUR 30 698
Investissement de la Fondation EUR 25 275
Identifiant du projet 20230862
Partenaires Karibu Tanzania Organization (KTO)
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres

Contexte 

En Tanzanie, d’innombrables filles talentueuses aimeraient pouvoir briller sur les terrains de football, mais les barrières culturelles, les normes sociales et le manque d’infrastructures les en empêchent. En outre, les cas de violence et de maltraitance à l’égard des enfants sont en augmentation dans le pays.

Le football féminin défie les stéréotypes en remettant en question l’idée selon laquelle les filles seraient faibles ou incapables, et en contribuant à créer une société où les filles puissent poursuivre leurs rêves sans limitation.

La plupart des professeurs d’éducation physique en Tanzanie n’ont aucune formation dans le football de base. C’est pourquoi, en collaboration avec le gouvernement et la Fédération de football de Tanzanie, la Karibu Tanzania Organization (KTO) a lancé une initiative novatrice de développement des compétences dans le but de promouvoir le football des filles et le football féminin et de former des footballeuses talentueuses à partir du niveau de base.

Objectifs du projet

Le programme de football de base Mpira Fursa vise à lutter contre les stéréotypes, à promouvoir l’égalité des sexes et à émanciper les filles grâce au football, en leur permettant d’acquérir les compétences et les connaissances footballistiques dont elles ont besoin pour devenir des joueuses sûres d’elles et en leur donnant un aperçu des possibilités économiques liées au sport. Le programme est également conçu pour renforcer l’estime d’elles-mêmes, la confiance en elles et la compréhension de leurs droits des participantes. Comme l’entraînement de football est parfaitement intégré dans le parcours scolaire, il encourage les filles à rester scolarisées et à s’engager dans leur éducation, ce qui réduit le taux d’abandon scolaire à l’école primaire. Enfin, le programme sensibilise la communauté aux droits de l’enfant et à l’importance de la protection de l’enfance.

Contenu du projet

Le programme Mpira Fursa offre des possibilités de développement technique, des formations pour les entraîneurs et des compétences de vie essentielles. En 2023, le programme a aidé 110 écoles primaires à mettre en place des équipes de football féminin et à leur offrir des entraînements et des équipements sportifs.

À travers le football féminin, la KTO s’appuie sur des partenariats pour lutter contre la violence à caractère sexiste, le chantage sexuel et la maltraitance des enfants.

Les activités prévues pour 2024 comprennent notamment :

  • une réunion réunissant les principales parties prenantes ;
  • une formation des entraîneurs de football de base à l’intention des professeurs d’éducation physique des écoles primaires et des coordinateurs des centres d’éducation populaires à l’intention des adultes, l’accent étant mis sur la protection de l’enfance sur le terrain et en dehors ;
  • la communication et l’engagement des médias pour accroître la visibilité du programme.

Partenaire

Promotion du leadership chez les jeunes

Situation géographique et informations générales

En cours
Emplacement Kenya et Ouganda
Date de début 01.02.2024
Date de fin 31.01.2025
Coût du projet EUR 32 734
Investissement de la Fondation EUR 15 900
Identifiant du projet 20231140
Partenaires Power for the People
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Enfants en situation de handicap - Infrastructure et équipement - Protection de l’environnement - Renforcement des partenariats - Style de vie sain - Victimes de conflits

Contexte 

Dans un monde où l’éducation est de plus en plus accessible, il est essentiel de ne pas regarder simplement les statistiques de fréquentation, mais de se concentrer aussi sur la qualité de l’expérience vécue à l’école.

Si, aujourd’hui, de plus en plus de filles accèdent aux bancs de l’école dans le monde, il reste beaucoup de travail à faire pour s’assurer que l’éducation dépasse la simple présence pour favoriser le développement personnel et l’autonomisation.

Souvent, les normes de genre limitent les possibilités de socialisation et de développement personnel offertes aux filles, qui ont moins de temps de loisir et moins d’occasions de découvrir leur potentiel. Les garçons aussi sont parfois oubliés par des aides qui ciblent en priorité l’éducation des filles.

Power for the People (PFP) vise la création d’espaces inclusifs au sein desquels tous les enfants puissent s’épanouir. L’organisation a créé l’initiative « Clubs de garçons et de filles PFP », qui offre un moyen adéquat et efficace de compléter l’éducation traditionnelle. Ces clubs proposent une approche globale de l’éducation, en abordant tous les aspects, depuis le sport et la santé physique jusqu’à l’informatique, en passant par la gestion de l’environnement.

Objectifs du projet

  • Mettre en place quinze clubs PFP au sein de trois écoles, afin d’accroître l’assiduité et d’améliorer les résultats des élèves.
  • Mobiliser le personnel de l’école en qualité d’ambassadeurs des enseignants pour servir de mentors et encourager les élèves, ce qui devrait accroître l’engagement tant des jeunes que des enseignants.
  • Recruter et former trente ambassadeurs des élèves (dix dans chaque école), afin d’augmenter leurs capacités de leadership.
  • Permettre à plus de 900 écoliers des trois établissements de participer à un programme extrascolaire qui leur offre des occasions d’apprentissage dans un cadre informel, de soutien mutuel, de développement personnel et d’amélioration de leur santé physique et mentale.
  • Connecter entre elles les écoles participantes afin de favoriser les occasions d’apprentissages partagés.

Contenu du projet

Des clubs PFP seront mis en place dans trois écoles afin d’offrir des possibilités aux filles et aux garçons de développer leurs capacités de leadership et d’apprendre des compétences de vie essentielles, comme la prise de décisions et la communication. Les clubs offriront aux jeunes des espaces sûrs et stimulants pour aborder les questions qui leur tiennent à cœur : la santé menstruelle et sexuelle, la santé mentale, la santé et l’activité physiques, la gestion de l’environnement et les connaissances informatiques. Les écoliers apprendront à remettre en question les normes de genre et à défendre l’égalité.

Chaque club disposera de deux ambassadeurs des écoliers, qui participeront à une formation sur le leadership et le développement personnel. Ces ambassadeurs auront pour tâches de concevoir et de mettre en place un programme d’une année visant à mobiliser les autres écoliers dans des activités. Ils disposeront d’un petit budget à gérer, ils auront l’occasion de prendre des responsabilités et ils devront rendre compte de l’utilisation des fonds à leur école et à leurs camarades.

Des visioconférences régulières permettront aux écoliers et aux enseignants des trois écoles participantes de se parler et d’apprendre de leurs expériences respectives. Le programme se conclura par une cérémonie de remise des prix de l’innovation, qui récompensera les solutions que les écoliers auront trouvées aux problèmes identifiés.

 

Partenaire