Crise humanitaire en Grèce

Situation géographique et informations générales

Contexte

Les bombardements dans les régions syriennes d’Afrine et de la Ghouta, et l’escalade de la violence dans différentes parties de l’Afghanistan poussent les habitants à fuir. Selon l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), 21 887 personnes ont traversé la Méditerranée depuis le début de l’année, un tiers desquelles ont débarqué sur des îles grecques. Les nouveaux arrivants ont été 33 % plus nombreux pendant les quatre premiers mois de 2018 qu’à la même période en 2017. Les centres d’accueil d’urgence destinés aux réfugiés et aux migrants sont saturés. Parallèlement, en raison d’obstacles administratifs, les organisations nationales et les ONG sont contraintes de fermer des abris et de mettre fin à des programmes destinés aux jeunes touchés par les guerres, les conflits, les migrations et les déplacements. À cause de procédures inappropriées qui ne garantissent pas de pré-inscription, la précarité du logement parmi les demandeurs d’asile est devenue un problème.

En 2017, Terre des hommes a fourni un logement sûr à 361 familles et jeunes gens vulnérables. L’organisation gère actuellement 19 appartements à Ioannina. Dans le cadre du même projet, elle a permis à plus de 1250 réfugiés et migrants d’obtenir une assistance et une représentation juridiques, et à plus de 1500 d’accéder à des services de santé mentale et de soutien psychologique. En outre, l’accès aux soins médicaux a été garanti dans 70 % des cas.

Contenu du projet

Terre des hommes poursuivra sa mission consistant à appuyer les autorités et la société civile grecques en apportant son soutien en matière d’accueil d’urgence des réfugiés et des migrants, en aidant ceux-ci à s’intégrer de façon efficace, et en contribuant à la mise en place de systèmes intégrés et durables de protection de l’enfance.

Le projet d’accès au logement s’étend sur neuf mois, d’avril à décembre 2018, et est mené à Thessalonique et à Ioannina.

Objectifs

  • Élargir le projet d’accès au logement existant.
  • Répondre aux besoins vitaux en matière de logement et d’argent.
  • Garantir un certain nombre de services de protection, y compris du travail social quotidien, des activités de protection, une assistance juridique et un accès à des interprètes.
  • Veiller à ce que les enfants aient accès à des services de protection adéquats.

Activités du projet

Le projet vise à élargir l’accès à des logements sûrs et à des services sociaux à Ioannina et Thessalonique, en développant les mécanismes existants dans le but de mettre 400 lits à disposition dans le nord de la Grèce. À Ioannina, les bénéficiaires auront accès à un grand centre communautaire, qui accueillera des activités culinaires, des cours de langues, des soirées consacrées au cinéma grec, des groupes de discussion ainsi que des activités artistiques et artisanales, et qui mettra à disposition des espaces destinés aux enfants.

Ainsi, Terre des hommes apportera son soutien aux enfants vulnérables, par le biais de travailleurs sociaux, en mettant un logement à leur disposition et en donnant aux mineurs non accompagnés plus âgés (garçons de 16 ou 17 ans) un toit sous lequel vivre en toute indépendance.

En outre, le projet se concentrera sur le soutien psychologique apporté aux enfants, aux jeunes et aux parents réfugiés par le biais, notamment, de jeux, d’activités créatrices structurées, d’un apprentissage informel, d’activités théâtrales, sportives, musicales, mais aussi de la lecture, afin de renforcer l’estime de soi, la confiance, la coopération, le bien-être, la sécurité et les compétences de base pour la vie.

Résultats attendus

Terre des hommes est la dernière ONG internationale engagée en faveur des enfants encore présente dans le nord de la Grèce. Le projet d’accès au logement est capital si l’on entend veiller à ce que des mesures d’urgence soient prises afin de protéger les enfants migrants, d’empêcher leur exploitation et d’apporter une aide humanitaire aux enfants et à leurs familles.

Partenaire

Refugee Life Skills and Employment Training Soccer Programme Atlanta

Situation géographique et informations générales

CONTEXTE

Communément appelé « Ellis Island of the South » ou « The most diverse square mile in America », la petite ville de Clarkston, située au sud des États-Unis, a accueilli depuis plus de 25 ans 40 000 réfugiés. Autrefois originaire du Bhoutan, d’Érythrée, de Somalie, du Soudan, du Libéria et du Vietnam, les réfugiés actuels sont essentiellement d’origine syrienne et congolaise. Quel que soit leur pays d’origine, les migrants arrivant dans un nouveau pays vivent une situation souvent complexe, notamment en raison des différences culturelles et de la barrière de la langue. Le sport peut toutefois jouer le rôle de pont entre les différentes communautés grâce à son langage universel. Il donne aux réfugiés l’occasion de pratiquer une activité ludique et facilite la création de nouveaux liens sociaux. Cependant, les prix élevés des clubs sportifs, la pauvreté de la population et le manque d’infrastructures sportives à Clarkston constitue un frein à l’épanouissement des enfants réfugiés et aussi à leur intégration. Les mesures politiques anti-immigration prises à l’encontre des réfugiés syriens ces dernières années dans l’État de Géorgie aggravent le problème. Il en résulte un manque d’investissements dans les domaines du sport et de la santé en faveur des communautés réfugiées.

CONTENU DU PROJET

Soccer in the Streets est une organisation qui soutient, par le biais du football, les enfants et les jeunes vivant dans la région métropolitaine d’Atlanta. Elle leur offre l’opportunité de pratiquer le football et ce, quels que soient leur origine ethnique, leur statut social ou leur confession religieuse. En adoptant une approche holistique, le projet ne se limite pas au football sur le terrain. Il va plus loin, notamment en donnant la possibilité aux bénéficiaires de participer à des séances théoriques en petits groupes, à des activités pratiques et à un programme de leadership pour les jeunes. Le principe du projet repose sur des activités extrascolaires. Il combine activités footballistiques et programmes de développement des compétences de base pour la vie. Les jeunes plus âgés sont également invités à participer à des ateliers appelés « Life Works », qui préparent les réfugiés adolescents au monde professionnel en les aidant à acquérir des compétences renforçant leur employabilité. Le projet envisage également d’élargir son action à terme afin d’intégrer les jeunes filles et d’exercer un impact positif sur leur vie en les aidant à accroître leur confiance en elles et à faire respecter leurs droits.

OBJECTIFS

  • Faciliter l’intégration des jeunes réfugiés et de leurs familles vivant à Clarkston.
  • Favoriser un mode de vie sain auprès des enfants en situation précaire.
  • Exercer une action positive dans la ville de Clarkston en aidant la population à surmonter les préjugés envers les réfugiés.
  • Augmenter l’employabilité des jeunes réfugiés vivant à Clarkston.
  • Accroître le taux de participation des filles aux activités proposées dans le cadre du projet.
  • Offrir des opportunités pour que les participants au programme puissent élargir leur horizon en cherchant à entrer dans des établissements d’enseignement supérieur (universités, collèges techniques)
  • Former des leaders locaux
  • Mettre en relation des jeunes avec des partenaires fournissant des services clés

RÉSULTATS ATTENDUS

  • Travailler avec 200 jeunes dont 80 filles
  • Diplômer 20 bénéficiaires du programme d’employabilité
  • Former des 10 entraîneurs ou 20 arbitres issus des communautés réfugiées et leur procurer un revenu

PARTENAIRES

Brave Hearts

Situation géographique et informations générales

Contexte

Jojug Marjanli est un village du district de Jabrayil, l’un des sept districts qui entourent la région azérie du Haut-Karabagh. Situé sur la ligne de contact avec les forces armées arméniennes, le village a récemment été libéré. Immédiatement après avoir repris possession du village, le gouvernement azéri a entamé la reconstruction de routes, d’écoles et d’hôpitaux afin de créer des conditions de vie acceptables pour tous et de permettre le retour des déplacés internes et des réfugiés.

La Fédération de football d’Azerbaïdjan (AFFA) est sensible aux causes humanitaires, et les projets de responsabilité sociale sont l’une de ses principales priorités. L’AFFA collabore étroitement avec l’UNICEF pour promouvoir un mode de vie sain, les droits de l’enfant et l’éradication de la violence à l’encontre des enfants. En outre, elle dispose d’une équipe nationale composée de joueurs en situation de handicap.

Contenu du projet

En sa qualité de jeu universel, le football constitue un excellent moyen de divertir les déplacés internes et les réfugiés d’une façon qui soit agréable et unificatrice.

Le projet Brave Hearts vise à améliorer la santé et le bien-être des personnes vivant à la frontière ou près de cette dernière. Que ce soit dans un camp de réfugiés ou à l’école, dans la rue ou sur le terrain, le projet veut offrir à ces personnes la possibilité de jouer au football où et quand elles le souhaitent.

Un festival de football d’une durée de trois jours et de petits tournois mensuels complémentaires dans différents camps de réfugiés de Jojug Marjanli et des environs impliqueront l’installation de miniterrains, l’organisation de matches en petites équipes et d’autres activités liées au football, d’autres jeux, d’art facial, d’ateliers et de formations pour le développement personnel et d’un concert, ainsi que la distribution d’équipements de football. Le festival sera ouvert à l’ensemble de la population et illuminera la vie des adultes et des enfants, en les rassemblant et en les encourageant, à poursuivre la réalisation de leurs objectifs et à mener une vie saine même dans les périodes tourmentées. Ensuite, tous les trois mois, un minitournoi d’une journée sera organisé à Jojug Marjanli, jusqu’à la fin du projet.

«Brave Hearts» Football Festival

Partenaire

Responsabilisation d’enfants réfugiés et marginalisés au Liban et en Jordanie

Situation géographique et informations générales

Contexte

On estime à 1,4 million le nombre de réfugiés syriens installés en Jordanie : 20 % d’entre eux sont répartis dans cinq camps et 80 % vivent en zone urbaine, dans des provinces situées au nord du pays et aux environs d’Amman. Deux tiers des réfugiés enregistrés en Jordanie sont des enfants ou des adolescents.

Le Liban accueille aujourd’hui la plus importante proportion de réfugiés par habitant au monde, avec plus de 1,1 million de réfugiés enregistrés pour 6,2 millions d’habitants. Avec un tiers des réfugiés âgés de 5 à 18 ans, la région est en proie à une véritable crise affectant des mineurs.

Les défis sont nombreux et complexes, tant pour les réfugiés que pour les communautés d’accueil.

  • Les jeunes réfugiés vivent dans une profonde incertitude et souffrent souvent de traumatismes passés.
  • De nombreux enfants réfugiés et déplacés ne peuvent aller à l’école ni même bénéficier de programmes d’enseignement non formels du fait de leurs conditions de vie critiques, et souvent ils ne disposent pas des compétences nécessaires pour entamer un cursus de formation ou y demeurer. Les enfants qui vont tout de même à l’école souffrent souvent d’un manque de motivation dû à l’absence de perspectives et de soutien psychosocial de modèles identificatoires.
  • Malgré les efforts des gouvernements pour fournir des possibilités d’apprentissage formelles et non formelles, les jeunes réfugiés – en particulier les filles et les jeunes femmes – peinent à en bénéficier.

streetfootballworld embrasse ces défis en s’appuyant sur la méthodologie innovante d’éducation non formelle « football3 ». Ainsi nommé parce qu’il comporte 3 « phases » (discussion d’avant-match, match et discussion d’après-match), le football3 intègre des leçons de vie clés dans chaque match comme le dialogue, le fair-play et l’égalité des sexes. Il n’y a pas d’arbitre, ce qui pousse les joueurs à apprendre comment résoudre des conflits par le dialogue et le compromis.

La méthodologie de streetfootballworld exploite le potentiel universel du sport en assurant le dialogue, le fair-play et l’égalité des sexes sur le terrain et en dehors. Le football3 réunit de jeunes réfugiés avec des jeunes issus des communautés d’accueil libanaises et jordaniennes, et permet de surmonter les barrières de langue, de culture et de religion. Les jeunes réfugiés en marge (ou exclus) des structures d’enseignement formelles acquièrent les qualités (résilience accrue, capacité à gérer les conflits, etc.) et les compétences psychosociales (compétences de communication et d’encadrement, confiance en soi, propension accrue à intégrer les autres et à respecter les filles et les femmes, sens des responsabilités) nécessaires pour surmonter des défis critiques, vivre la vie qu’ils auront choisie, s’intégrer plus facilement dans leur société d’accueil, être en bonne santé physique et émotionnelle et insuffler des changements positifs dans leur communauté. Par conséquent, ces jeunes sont plus susceptibles d’entrer à l’école et d’y rester, ou de suivre une formation supérieure formelle.

Contenu du projet

En Jordanie et au Liban, streetfootballworld et ses partenaires de projet sont parvenus à réaliser un éventail de programmes footballistiques locaux destinés à des réfugiés avec le soutien du gouvernement allemand et de la Fondation UEFA pour l’enfance. Maintenant que des synergies ont été créées avec des structures de base locales, la prochaine étape consiste à étendre les bonnes pratiques des projets pilotes à l’échelon régional, afin de soutenir et de responsabiliser les enfants et adolescents vulnérables touchés par la guerre et la crise migratoire.

Nous entendons accroître la portée et l’impact du projet en étendant cette approche éprouvée à de nouvelles zones défavorisées qui sont affectées par la crise migratoire et ont fortement besoin de programmes innovants pour les enfants. Les organisations sportives de base locales se verront fournir les compétences, réseaux sociaux et espaces sûrs nécessaires pour travailler au niveau régional avec des capacités organisationnelles accrues, de façon à pouvoir renforcer la cohésion sociale dans une société fragmentée. Les éléments renforçant les capacités permettront durablement d’améliorer l’accès au sport et de promouvoir le dialogue, la coexistence pacifique et l’amitié entre les jeunes réfugiés et leur communauté d’accueil.

Pour garantir des retombées durables, le projet comprend les cinq volets suivants :

  1. Développement des capacités : former des jeunes leaders et entraîneurs volontaires de 18 à 22 ans à devenir des modèles identificatoires dans leur communauté.
  2. Formation au soulagement des traumatismes pour les relais locaux : pour améliorer la vie des jeunes en Jordanie et au Liban, des experts locaux seront formés spécifiquement à soulager les traumatismes.
  3. Entraînements et festivals de football3 inclusifs : au travers d’entraînements réguliers basés sur la méthodologie « football3 » adaptée à chaque groupe-cible, garçons et filles développeront des compétences psychosociales (santé, hygiène, développement personnel et conscience de leurs droits, entre autres). Les festivals réuniront les enfants, les adolescents et leurs familles dans le but d’impliquer toute la communauté, d’augmenter la portée des messages du projet et d’attirer plus de participants, notamment des filles.
  4. Diffusion des enseignements tirés et des meilleures pratiques à l’échelon régional : rassembler les ONG d’autres pays qui utilisent aussi le football pour aider les enfants et les adolescents dans le but de créer une communauté de pratique pour améliorer le soutien mutuel et le transfert de connaissances.

Objectifs

  1. Améliorer la vie des enfants syriens, jordaniens et libanais vivant dans les communautés concernées par le projet et participant au programme inclusif de football3 et d’acquisition de compétences psychosociales
  2. Augmenter le potentiel de développement personnel et de réalisation de soi des participants au programme
  3. Renforcer le dialogue, la cohésion sociale et la coexistence pacifique entre les réfugiés et les communautés d’accueil
  4. Mettre sur pied des structures de société civile (activités sportives institutionnalisées à caractère inclusif) de sorte que des relais locaux puissent offrir des entraînements de football et de compétences psychosociales hebdomadaires aux enfants marginalisés ; faire en sorte que les relais locaux soient capables d’identifier les traumatismes, sachent comment aborder les enfants traumatisés et puissent former d’autres personnes dans ce sens. L’objectif est qu’ils fassent office de modèles identificatoires et soient une source d’inspiration.
  5. Rendre toutes les organisations partenaires locales capables de consolider et d’augmenter leur capacité d’action dans les régions concernées par des échanges accrus de connaissances sur la construction de la paix et la compréhension des autres cultures entre les joueurs locaux, et par le biais de réseaux renforcés regroupant les partenaires de projet locaux, les gouvernements, les associations de football et la société civile.

Résultats attendus

  1. Organisation de 39 cours pour relais locaux – ateliers de plusieurs jours en Jordanie et au Liban
  2. Formation de 790 relais locaux – jeunes leaders et entraîneurs volontaires âgés de 18 à 22 ans
  3. Organisation de 9300 entraînements inclusifs de football3 et de compétences psychosociales, et de 20 festivals de football3
  4. Participation de 21 000 enfants (6-17 ans) aux entraînements hebdomadaires de football3 (60 % de réfugiés et 40 % de membres des communautés d’accueil ; 60 % de garçons et 40 % de filles, âgés de 6 à 17 ans) et de 6400 enfants dans les festivals
  5. Organisation de trois séminaires régionaux avec formation de 30 experts régionaux de football3

Affiliated partners

Logo ccpa

Partner

Logo street football world

Football with No Limits

Situation géographique et informations générales

Contexte

Cañada Real est l’une des zones les plus défavorisées d’Espagne. Ce bidonville, qui s’étend sur une route de 15 mètres de large sur 16 kilomètres de long, est le plus grand d’Europe et est communément appelé le « bidonville de la honte ». Pas moins de 30 000 personnes, dont de nombreuses familles marocaines et roms, y vivent confinées dans des conditions insalubres. Parmi elles se trouvent également des dealers de drogue, qui ont fait de ce quartier illégal leur point de repère. Outre le sentiment d’insécurité, l’éducation des jeunes est aussi mise à mal avec un taux d’échec et d’abandon scolaires qui serait de 40 % supérieur à la moyenne nationale.

Contenu du projet

Dans un contexte où la cohabitation entre les différentes communautés de Cañada Real est parfois mise à rude épreuve, le programme de la fondation Red Deporte y Cooperación utilise le pouvoir du football et la méthodologie « football3 » pour encourager le dialogue dans la résolution des conflits. Le programme prévoit également des efforts particuliers en vue d’intégrer les filles. En formant des équipes mixtes composées de différentes communautés, l’organisation espagnole veut abattre les barrières et les préjugés qui divisent les habitants de Cañada Real. Pour assurer un plus grand impact dans la vie des bénéficiaires, Red Deporte y Cooperación propose également des activités sportives et ludiques ainsi que des ateliers éducatifs destinés à favoriser leur réinsertion scolaire ou professionnelle.

Objectifs

  • Établir une cohabitation sereine entre les différentes communautés vivant à Canãda Real
  • Favoriser l’intégration des filles grâce à la pratique du football
  • Accroître la confiance en soi des enfants bénéficiaires
  • Encourager les jeunes dans leur scolarité et/ou les aider en leur fournissant les outils nécessaires pour s’insérer dans le monde professionnel.

Résultats obtenus

  • Organiser 150 entraînements
  • Organiser 3 festivals de football réunissant 1500 jeunes originaires de Cañada Real
  • Proposer 30 ateliers éducatifs ayant pour thèmes l’éducation, la santé et l’employabilité
  • Favoriser les échanges en organisant des tournois à Cañada Real et dans le reste de l’Espagne
  • Former 10 entraîneurs, 10 arbitres et 3 coordinateurs pour la gestion du Cañada Club de Fútbol

 

Partenaire

Football pour le Respect!

Situation géographique et informations générales

Contexte

La Hongrie est peu disposée à laisser ses frontières ouvertes à l’afflux de réfugiés depuis 2015. Cette situation difficile est un obstacle majeur à l’intégration de ces personnes, et en particulier des enfants réfugiés.
Ce projet s’adresse aux groupes suivants :

  • enfants et adolescents défavorisés, p. ex. ceux vivant dans les bidonvilles de Budapest et la région la plus démunie du nord-est de la Hongrie, de même que leurs familles ;
  • enfants et adolescents vivant dans des institutions ;
  • enfants et adolescents réfugiés et demandeurs d’asile.

Contenu du projet

Entraînement de football régulier : la pratique régulière d’une activité physique améliore la santé physique et mentale et le bien-être général. Les sports d’équipe aident les enfants à étendre leur réseau social et à développer un sentiment d’appartenance, ce qui est essentiel à leur santé mentale. Il peuvent trouver dans le football la réussite qui leur fait défaut dans d’autres aspects de leur vie, ce qui renforce leur confiance en soi.

Soutien social continu : des travailleurs sociaux sont présents à chaque session d’entraînement et à chaque activité en lien avec le football. Grâce à ces contacts, les bénéficiaires peuvent recevoir un soutien en matière d’hébergement, d’emploi, d’éducation, de santé, de santé mentale ainsi que sur des problèmes administratifs. L’étroite collaboration avec des enseignants fournit une aide pour la scolarité des enfants.

Club des filles : ce club apporte un soutien spécial pour les joueuses. L’expérience a montré qu’elles font face à des défis différents de ceux des garçons et manquent d’un soutien suffisant en raison de leur milieu défavorisé. Des experts tiendront dix sessions mensuelles sur des thèmes spécifiques, tels que la prévention des grossesses précoces, la prévention des drogues, la connaissance de ses droits, la violence domestique, les abus sexuels et la traite d’êtres humains.

Programme d’employabilité : un soutien personnalisé est apporté pour améliorer l’employabilité, avec p. ex. des séances de coaching individuel et des cours d’anglais hebdomadaires. Les tournois internationaux offrent aux joueurs une excellente occasion pour travailler leur anglais en situation réelle, ce qui accroît la motivation à apprendre.

Programme de bourses pour jeunes leaders : l’expérience a montré qu’il est nécessaire de mettre l’accent sur le soutien aux jeunes leaders qui prennent part au programme de football depuis longtemps. Pendant toute la durée du projet, dix jeunes leaders seront sélectionnés pour intégrer le programme de bourses. Ils seront chargés d’organiser des activités de football tout en participant au programme d’employabilité. Ils recevront une allocation mensuelle pour couvrir leurs dépenses d’hébergement et leurs dépenses courantes, ce qui leur permettra d’étudier sans devoir travailler à temps plein. Les jeunes leaders jouent un rôle clé dans la pérennisation du projet, car ils seront capables de tenir des sessions d’entraînement et d’organiser des événements footballistiques de manière autonome.

Tournée Fair Play Football : l’accent est mis sur les participants marginalisés, en particulier les réfugiés, qui jouent au football avec d’autres groupes sociaux. La consolidation de la paix et l’inclusion sociale des groupes défavorisés sont encouragées par une tournée Fair Play Football de six étapes, lors desquelles des équipes de différents milieux s’affrontent selon les règles « football3 », qui enseignent aux joueurs le respect, les aident à améliorer leur tolérance et à exprimer leurs intérêts, ainsi qu’à négocier avec d’autres. Ils apprennent à gérer leur colère et ils développent leurs capacités de communication. Jouer contre l’autre aide à remettre en question les stéréotypes et réduit l’exclusion sociale.

Camp de football d’été : un camp de football d’été sera organisé dans un village éloigné du nord-est de la Hongrie nommé Hejce. Au total, 40 enfants, cinq membres du personnel et cinq à huit bénévoles participeront au camp de cinq jours qui permettra d’offrir des vacances à des enfants défavorisés. En plus des différentes activités sportives, le camp leur offre une excellente occasion pour se faire de nouveaux amis, renforcer leur inclusion sociale et améliorer leur hongrois.

Tournois internationaux : participer à un tournoi international renforce la motivation, qui peut ensuite être investie dans les études : pour apprendre l’anglais, commencer ou reprendre des études, se fixer de nouveaux objectifs dans la vie.

Étude de suivi et d’évaluation : la base de données du réseau Oltalom Social Network (OSN) recueille des données sur tous les participants (participation aux séances d’entraînement, état physique, résultats scolaires, activités d’entraînement, éventuels besoins ou difficultés, mémo d’entraînement, etc.). OSN est un système axé sur le client visant à suivre les travaux réalisés, à offrir davantage de transparence et à améliorer la qualité du travail.

Objectifs

  • Les séances d’entraînement régulières et les tournois offrent aux jeunes réfugiés et locaux une expérience exempte de préjugés où ils peuvent apprendre à se connaître en jouant au football ensemble.
  • La connaissance du hongrois et des coutumes est améliorée grâce aux contacts sociaux avec les locaux.
  • Les tournois offrent d’excellentes occasions pour nouer de nouvelles amitiés et améliorer les connaissances linguistiques.
  • La pratique régulière d’un sport au bien-être des réfugiés souffrant du syndrome de stress post-traumatique.
  • De nouvelles qualifications, une bonne connaissance de l’anglais et des expériences positives permettent aux jeunes d’avoir davantage confiance en eux et leur donnent la possibilité d’échapper à leur situation actuelle.

Résultats attendus

  • Sessions d’entraînement de football régulières sur six sites (trois terrains à Budapest, un dans un établissement correctionnel pour filles, un au foyer pour mineurs non accompagnés à Fót et un dans une école locale d’Abaújkér)
  • Soutien spécifique à l’intention des filles, avec dix sessions thématiques mensuelles pour les aider à faire face à différentes difficultés
  • Soutien à dix jeunes leaders spécialement formés au moyen d’un programme de bourses
  • Organisation d’une tournée Fair Play Football de six étapes rassemblant différents groupes sociaux pour jouer au football, lutter contre les stéréotypes et réduire l’exclusion sociale
  • 40 enfants invités à un camp d’été
  • Partenaires

FIFA Football for Hope, Fédération hongroise de football, Oltalom Charity Society, streetfootballworld, Homeless World Cup

Protection et intégration sociale par le sport en Égypte

Situation géographique et informations générales

Contexte

En janvier 2017, l’Égypte accueillait plus de 191 000 demandeurs d’asile et réfugiés enregistrés par le HCR, dont 40 % d’enfants. Ces enfants sont pour la plupart de nationalité syrienne (60 %), soudanaise (17 %) et éthiopienne (6 %). Les autres viennent d’Irak, d’Érythrée, de Somalie, du Soudan du Sud et du Yémen. En 2016, la population à risque a augmenté de 50 % par rapport à 2015. En incluant les travailleurs originaires d’autres régions (Asie, notamment) et les immigrants clandestins, l’Organisation internationale pour les migrations estime à un million le nombre total de réfugiés et de migrants en Égypte.

Contexte économique difficile, hausse du coût de la vie, discriminations et barrière de la langue : les obstacles à l’intégration sont nombreux pour les réfugiés. Leur sécurité physique inspire également de l’inquiétude.

Des moyens de subsistance très restreints et la perte d’espoir quant à un retour au pays poussent de plus en plus de réfugiés à tenter le voyage vers l’Europe. Parallèlement, la situation en termes de protection de l’enfance est alarmante. En plus d’atteintes physiques et psychologiques, les enfants sont sujets à des violences à caractère sexiste, à des violences à l’école et au travail des enfants, et le décrochage scolaire est un phénomène courant. L’absence de possibilités en matière d’éducation alimente le sentiment de désespoir et d’isolement.

Contenu du projet

Population ciblée

  • 1500 jeunes (entre 15 et 22 ans), indépendamment de leur nationalité, de leur sexe, de leur statut (réfugiés, migrants ou communauté d’accueil). Cela signifie une moyenne de 150 jeunes par site, en veillant à ce que la part de filles soit de 50 % et à ce que les enfants en situation de handicap soient représentés (dans les sites disposant d’un encadrement approprié).
  • 70 entraîneurs (hommes et femmes) – 20 professionnels et 50 jeunes leaders / parents – 7 par site
  • 750 soignants
  • 2000 membres de la communauté locale – 200 par site

Localisation des sites

Terre des Hommes mènera ce projet sur dix sites dans les gouvernorats du Grand Caire et de Damiette :

  • dans les sept centres familiaux déjà existants ;
  • via des unités mobiles – centres de jeunesse, espaces publics, écoles communautaires.

Le programme de protection et d’intégration sociale par le sport déployé par Terre des Hommes met à contribution la communauté locale afin de venir en aide aux réfugiés et aux migrants, aux enfants et aux jeunes, ainsi qu’aux communautés égyptiennes vulnérables. Le sport, et le football en particulier, joue un rôle essentiel dans le processus de guérison en ce qu’il aide les personnes à faire face à leurs problèmes de santé physiques et à leurs besoins sociaux, psychologiques et d’épanouissement. C’est encore plus vrai pour les jeunes, qui souffrent de stress et d’anxiété du fait de leur déracinement.

Les programmes offrent aux enfants un cadre sécurisant, structuré et bienveillant dans lequel partager leurs émotions et créer du lien social, et ils relaient des messages éducatifs. Les filles et les jeunes femmes ont la possibilité de participer aux activités sportives dont elles étaient auparavant exclues. Des activités ont dernièrement été élargies aux parents, afin de les aider à rompre avec leur routine et à renforcer les liens familiaux.

Objectifs

  • Créer un programme de formation des entraîneurs couvrant les gestes techniques du football, mais aussi des compétences interculturelles et d’encadrement, la résolution de conflits, le développement de l’esprit d’équipe et la communication.
  • Organiser des séances de sport hebdomadaires pour filles et garçons dans un cadre sûr et adapté aux enfants. Une à deux séance(s) hebdomadaire(s) par site.
  • Proposer des activités de soutien psychologique toutes les semaines. La combinaison d’activités artistiques et sportives a démontré son efficacité sur le bien-être psychosocial des enfants et des adolescents. Six jours par semaine.
  • Transmettre aux adolescents les compétences et les connaissances nécessaires pour mener leur vie et pour s’intégrer dans la société égyptienne. Trois jours par semaine.
  • Organiser des activités sportives intergénérationnelles.
  • Mettre sur pied des événements culturels et sportifs. Une fois par mois.
  • Organiser des tournois de football. Tous les six mois.
  • Mener un travail de sensibilisation à la protection de l’enfance, à l’intégration sociale et à la cohésion sociale pendant les séances hebdomadaires et pendant les événements sportifs.
  • Utiliser les médias sociaux à des fins de communication locale en publiant des clips et des exemples de réussite.

Résultats attendus

  1. Faire des jeunes réfugiés et migrants des membres actifs de la communauté, afin d’améliorer leur bien-être et leur intégration sociale.
  2. Le sport pratiqué dans la durée, parallèlement à des activités psychosociales et à l’acquisition de compétences de base, renforce l’intégration sociale et la protection communautaire à l’égard des enfants et des adolescents vulnérables.
  3. D’ici la fin du projet, 70 entraîneurs locaux, professionnels et jeunes leaders auront développé leurs aptitudes techniques et pédagogiques et seront à même d’aider des jeunes à devenir des vecteurs de changement dans leur communauté de réfugiés, de migrants ou d’accueil.
  4. Grâce aux activités socio-sportives, 1500 jeunes auront renforcé leur bien-être psychosocial (estime de soi, confiance en soi) et reçu du soutien de leurs pairs, ce qui leur permettra d’être plus à l’aise dans les interactions avec leurs pairs.
  5. 1500 jeunes et 2750 parents et locaux sont mobilisés pour participer aux activités visant à renforcer la cohésion de la communauté et de la société, avec les personnes des deux sexes, avec ou sans handicap.

Partenaire

Nous souhaitons la bienvenue aux jeunes réfugiés

Situation géographique et informations générales

Contexte

Le Royal Europa Kraainem Football Club est un club amateur situé dans la banlieue est de Bruxelles. Comptant 350 jeunes joueurs originaires de 42 pays différents, le club est un véritable modèle de diversité culturelle. Cette caractéristique se reflète à tous les niveaux, des enfants aux managers, en passant par les entraîneurs et les bénévoles. Le club tire parti de cette diversité.

Le Kraainem FC a toujours essayé de promouvoir l’intégration sociale, fort de sa conviction que le football est plus qu’un jeu. En tant qu’association sportive de base, le club est conscient qu’il joue un rôle important en inculquant les valeurs sociales et sociétales du sport aux jeunes joueurs, afin qu’ils deviennent non seulement de bons footballeurs mais aussi de meilleurs citoyens.

Suite à la crise migratoire de 2015, le club a décidé de devenir un exemple d’intégration sociale proactive en adaptant ses activités quotidiennes de façon à pouvoir intégrer des réfugiés mineurs dans la vie du club. Il organise désormais des entraînements de football, des cours de langue et d’autres activités variées. Ce travail avec les jeunes réfugiés est devenu un pilier essentiel de la vie du club.

Le projet cible spécifiquement les mineurs non accompagnés et demandeurs d’asile en Belgique. Le pays d’origine de ces enfants étant ravagé par la guerre ou dans une grande instabilité, ils resteront très probablement en Belgique, où ils devront s’adapter à un nouvel environnement et à un style de vie complètement différent alors qu’ils ne possèdent pas les connaissances culturelles ou linguistiques nécessaires. Nous devons donc non seulement les accueillir, mais aussi leur donner les outils dont ils ont besoin pour s’intégrer avec succès dans la société belge et le monde professionnel.

À fin 2016, l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile (FEDASIL) et ses partenaires ont accueilli 22 903 réfugiés, dont 2032 mineurs non accompagnés. La majorité d’entre eux sont des garçons (15-17 ans) ayant fui la guerre en Afghanistan sans leurs parents.

Contenu du projet

Le club accueille environ 30 réfugiés de 10 à 18 ans non accompagnés par semaine dans le cadre d’un partenariat entre le Kraainem FC et FEDASIL. Trois fois par semaine, un groupe de cinq à dix enfants quitte l’un des centres d’asile pour venir passer l’après-midi au club. Les jeunes contribuent à la vie du club, s’entraînent avec un entraîneur qualifié et assistent à des cours. Ils reçoivent également gratuitement des équipements et un repas à la cafétéria du club.

Cette initiative est un grand succès pour le club, les centres d’accueil et surtout pour les jeunes réfugiés. Des médias locaux, nationaux et européens ont régulièrement couvert le projet du Kraainem FC ces deux dernières années. Cela a incité le club à aller encore plus loin puisqu’il entend non seulement consolider son propre projet, mais aussi sensibiliser et soutenir les autres clubs belges qui voudraient suivre son exemple.

Objectifs

  • Inviter 30 mineurs de 10 à 18 ans non accompagnés à participer aux activités du club chaque semaine.
  • Encourager d’autres clubs et centres d’accueil à lancer des projets similaires en collaboration avec l’Union Royale Belge des Sociétés de Football Association.
  • changer des expériences avec d’autres clubs belges travaillant avec des réfugiés. Une conférence a déjà eu lieu sur ce sujet en décembre.
  • Organiser le deuxième tournoi annuel « Football and Freedom » au printemps 2018, avec des équipes composées à 50 % de joueurs réfugiés.
  • Organiser des semaines de football pendant les vacances scolaires pour les joueurs du club et les réfugiés. Les matins seront consacrés aux séances d’entraînement et les après-midi à des excursions et des échanges culturels.

Résultats attendus

  • Le projet deviendra une référence pour l’intégration des jeunes grâce au sport de base.
  • Le Kraainem FC jouera un rôle clé dans la diffusion de ce projet pilote à travers le pays.
  • Le succès reconnu de ce programme favorisera le soutien continu de partenariats importants tels que celui conclu entre l’Union Royale Belge des Sociétés de Football Association et FEDASIL. Cela nous permettra de maintenir ce projet pendant les années à venir.

Partenaire

Logo Kraainem

Un nouveau depart pour les enfants réfugiés du Liban

Situation géographique et informations générales

Contexte

Depuis le début du conflit en Syrie, en 2011, le Liban a accueilli un nombre croissant de réfugiés ; selon le UNHCR, près de 1,1 million de réfugiés syriens sont ainsi arrivés dans le pays.

Au vu des terribles dommages causés aux maisons et autres infrastructures en Syrie, il est probable qu’une bonne partie des réfugiés restera au Liban jusqu’à ce que le processus de reconstruction et de stabilisation politique dans leur pays soit suffisamment avancé pour leur permettre de rentrer chez eux.

Parmi les réfugiés enregistrés, une personne sur deux est âgée de moins de 17 ans et appartient ainsi à un groupe à risque particulièrement exposé aux effets traumatiques. Garantir à ce groupe cible l’accès à l’éducation est l’une des priorités essentielles du gouvernement libanais, des agences des Nations-Unies et des agences d’aide non gouvernementales.

L’objectif général de ce projet est de renforcer la capacité de l’État libanais à fournir une assistance aux communautés d’accueil libanaises et aux réfugiés syriens qui souffrent des conséquences des déplacements dans les domaines de la formation, de l’atténuation des traumatismes et de la cohésion sociale.

Contenu du projet

Le nombre croissant de familles de réfugiés installées au Liban soulève des problèmes considérables. Parmi les besoins identifiés, il apparaît particulièrement important de veiller à ce que les enfants réfugiés syriens puissent bénéficier d’un enseignement au cours de leur déplacement. Le but visé n’est pas uniquement d’assurer la continuité de l’enseignement formel, mais aussi d’offrir une plateforme apte à réduire les facteurs de stress traumatique. Avec l’afflux massif de réfugiés, la pression exercée sur le système éducatif et, de manière plus générale, sur la société, l’économie, la politique et la sécurité au Liban, s’alourdit.

« FutbolNet » est un programme de la Fondation du FC Barcelone qui utilise le football comme un outil pour promouvoir certaines valeurs auprès des jeunes par le biais d’une méthode d’enseignement innovante utilisée comme un catalyseur pour favoriser le développement des capacités, la résilience communautaire et la cohésion sociale. Il s’agit d’une initiative de socialisation intéressante qui offre une formation et un contenu adaptés aux conditions locales en vue de renforcer les compétences sur place.

Ce projet se propose de travailler avec des enfants réfugiés et non réfugiés dans le but d’améliorer la coexistence entre les enfants scolarisés et de réduire les comportements agressifs observés. Étant donné la forte hausse de réfugiés qui intègrent le système éducatif public au Liban, il est inévitable que la cohésion dans les écoles soit sous tension. Notre proposition est de former des professeurs d’éducation physique aux fins de créer des espaces propices à l’établissement de relations entre des réfugiés et des non réfugiés et d’investir ainsi dans la consolidation de la coexistence future entre les communautés vivant au Liban.

Objectifs

L’objectif général de ce projet est de renforcer la capacité du système scolaire public libanais à fournir une assistance aux communautés d’accueil libanaises et d’aider les réfugiés à gérer les conséquences des déplacements dans les domaines de la formation, de l’atténuation des traumatismes et de la cohésion sociale.

Activités du projet

1) Diagnostic et préparation : la Fondation du FC Barcelone devait mieux comprendre le contexte et les lieux où les activités seraient développées et le public cible auquel elles seraient adressées.

2) Adaptation du contenu : un processus d’ajustement a eu lieu entre les spécialistes de FutbolNet de la Fondation du FC Barcelone et le partenaire local aux fins d’adapter la méthodologie de FutbolNet à la réalité, à la culture et à la société locales sans compromettre les bases du programme FutbolNet.

3) Séminaire :

    • a. Séminaire pour entraîneurs : séminaire de trois jours réalisé sur place par les instructeurs officiels de la Fondation du FC Barcelone ; il incluait des sessions théoriques et pratiques.

 

    b. Formation continue : visites périodiques d’entraîneurs de la FCBF destinées à appuyer les entraîneurs locaux et à préparer des séances de formation spéciales pour les participants.

4) Mise en œuvre : le projet a été mis en œuvre en coordination avec plusieurs parties prenantes du système éducatif et du secteur social libanais.

5)Surveillance et évaluation

Résultats attendus

Le projet a bénéficié à 7907 enfants, dont 55 % de garçons, 45 % de filles, 79 % de citoyens libanais et 21 % de réfugiés venant principalement de Syrie. Le projet a également profité à 85 professeurs d’éducation physique de 79 écoles publiques libanaises de six régions du pays.

Parmi les autres résultats obtenus, il convient de relever que :

  • le système scolaire public libanais a bénéficié du renforcement des compétences des professeurs d’éducation physique et des équipements de sports fournis aux écoles ;
  • les activités sportives ont atténué les traumatismes des enfants réfugiés et réduit la tendance aux comportements agressifs ;
  • les activités sportives ont profité aux enfants libanais et réfugiés en ce sens qu’elles ont renforcé la cohésion sociale, tant parmi les réfugiés qu’entre les réfugiés et les communautés d’accueil dans des environnements mixtes ;
  • le projet a fait reculer le taux d’abandon scolaire parmi les enfants réfugiés inscrits et a encouragé les réfugiés qui n’étaient pas inscrits à aller à l’école.

Partenaire

Cohésion sociale grâce au football au Liban

Situation géographique et informations générales

Contexte

La crise des réfugiés au Liban, qui en est maintenant à sa sixième année, a dépassé les pires pronostics. Le Liban accueille aujourd’hui la plus importante proportion de réfugiés par habitant au monde, avec près de 1,2 million de réfugiés enregistrés. Cette crise a un impact disproportionné sur les enfants et les jeunes adultes, 28 % des réfugiés ayant entre 10 et 24 ans.

Sans oublier les répercussions significatives sur le Liban lui-même – aux niveaux politique, économique et social –, dont le système de sécurité fragile a été mis à rude épreuve.

Dans de telles circonstances, les adolescents et les jeunes adultes sont particulièrement vulnérables aux situations d’abus et d’exploitation. Outre le fait qu’ils sont susceptibles d’adopter des comportements risqués, ils courent également le danger d’être recrutés par des gangs ou par des milices impliquées dans des conflits locaux et régionaux. Cependant, en raison de l’ampleur de la crise syrienne, l’aide humanitaire et l’aide d’urgence se sont concentrées principalement sur les jeunes enfants, ciblant en priorité leurs besoins. Les programmes axés sur les adolescents et les jeunes adultes ont été moins nombreux et aussi moins larges et moins étendus.

Contenu du projet

Utiliser le sport pour favoriser le développement et la cohésion sociale s’est révélé un moyen particulièrement efficace de s’engager auprès des jeunes vulnérables. Comme plusieurs évaluations l’ont confirmé, les activités et les événements sportifs inter- et intracommunautaires constituent un outil puissant à cet égard, car ils permettent de rassembler des enfants et des jeunes en situation de vulnérabilité issus de différents milieux et leur donnent une occasion d’interagir et de jouer ensemble dans un contexte neutre et sûr. Il a aussi été démontré que le sport augmente la confiance en soi, favorise l’épanouissement personnel et développe l’esprit d’équipe, offrant ainsi de nombreux atouts pour la vie aux adolescents.

Ce programme ne se limite pas à aider des jeunes et des organisations en particulier : il encourage les bénéficiaires à transmettre leurs acquis au sein de leur famille et de leur communauté. Le projet est donc conçu de telle manière que ses répercussions dépassent le nombre de bénéficiaires directs et que ses effets positifs se prolongent bien après la clôture officielle du programme. Les bénéficiaires reçoivent toutes les compétences et tout le soutien dont ils ont besoin en matière de football de base pour transmettre leurs connaissances à d’autres jeunes marginalisés et pour mettre en place leurs propres programmes, en vue de faire passer le message de « football3 » à travers le pays et d’encourager le développement personnel par le sport.

Le sport a un rôle particulièrement important à jouer quand il s’agit des filles et des enfants ayant des besoins spécifiques. Les stéréotypes, les normes sociales et les traditions leur ont habituellement interdit l’accès au sport en général, et au football en particulier. Ouvrir les programmes sportifs à ces enfants et leur donner la chance non seulement d’acquérir des apprentissages de base pour la vie mais également d’explorer des voies qui leur sont normalement fermées leur permettra de mieux s’intégrer dans la société au sens large et les encouragera à remettre plus activement en question les normes sociales. La méthodologie « football3 » encourage tous les participants à aborder des questions telles que l’intégration, la tolérance, le fair-play et l’égalité des droits. Aux filles en particulier, elle donne une occasion concrète d’exercer leurs droits, sur le terrain et en dehors.

Objectifs

1) Sélectionner et former 185 responsables sportifs (jeunes leaders bénévoles et entraîneurs) en leur enseignant la méthodologie de « fooball3 » et des compétences complémentaires (notamment des apprentissages de base pour la vie, des capacités de communication et des techniques de gestion des conflits).

2) Faire participer quelque 4500 garçons et filles entre 10 et 14 ans (50 % de réfugiés et 50 % de membres de la communauté d’accueil ; 60 % de garçons et 40 % de filles) à des activités sportives régulières encourageant l’intégration sociale, leur enseigner en parallèle des apprentissages de base pour la vie et leur faire passer des messages relatifs à la santé.

3) Impliquer au moins 2400 garçons et filles entre 10 et 14 ans dans des tournois et des événements sportifs communautaires thématiques favorisant la cohésion sociale et l’intégration dans les communautés d’accueil.

4) Développer une stratégie à l’échelle nationale encourageant la promotion de la cohésion sociale par le sport, en collaboration avec des partenaires et des ONG existants.

Activités du projet

    • Former les entraîneurs et les jeunes leaders à la gestion de conflit, leur enseigner des apprentissages de base pour la vie et la méthodologie « football3 »

L’association ANERA forme actuellement 90 entraîneurs et 95 jeunes leaders afin qu’ils contribuent à l’éducation par le sport dans 100 clubs de football populaires du Liban. Les entraîneurs sont déjà très actifs dans ces clubs de sport, où ils enseignent les nouvelles techniques et méthodologies. Les jeunes leaders seront bientôt sélectionnés dans le programme actuel d’ANERA en tant que jeunes actifs capables de faire preuve de leadership au sein de la communauté. Ce programme de formation vise à améliorer la portée et à accroître la capacité des activités sportives, à fournir des idées en vue d’activités mieux adaptées et plus professionnelles, et à optimiser l’entraînement. Cet objectif sera atteint grâce à 60 séances d’entraînement/de formation abordant tant les compétences sportives que les apprentissages de base pour la vie.

    • Organiser 150 cours de sport pour 4500 adolescent(e)s et jeunes garçons et filles

Les entraîneurs et les jeunes leaders formés organisent des cours de sport pour les enfants afin de promouvoir et d’établir des activités sportives dans des zones où l’accès au sport est limité ou inexistant. Ces séances sont adaptées aux besoins de chaque groupe cible, avec huit à douze séances de 90 minutes chaque mois (à savoir au minimum 12 heures d’enseignement par mois), plusieurs séries pouvant être organisées si la demande est suffisante. Les séances abordent les apprentissages de base pour la vie et les questions d’hygiène, et favorisent le développement personnel, les entraîneurs et les jeunes leaders transmettant tout ce qu’ils ont appris au cours de leur propre formation.

    • Organiser huit tournois et événements sportifs thématiques inter- et intracommunautaires impliquant au moins 300 garçons et filles chacun, pour un total de 2400 adolescents et jeunes (sur des thèmes comme la nutrition, l’hygiène et les apprentissages de base pour la vie)

ANERA soutient également huit tournois sportifs (trois à Beyrouth, quatre dans la région de la Bekaa et trois dans le sud du pays), impliquant au moins 2400 garçons et filles dans des activités inter-et intracommunautaires visant à accroître la cohésion et l’intégration sociales. Cette initiative mobilise des jeunes et des groupes menés par de jeunes leaders dans l’organisation d’événements et de tournois dont la vocation est d’entretenir les relations entre les clubs sportifs et ces groupes issus de différentes régions. Ces événements, qui constituent une occasion de rassembler des représentants de différentes populations de réfugiés et des communautés d’accueil, présentent des éléments conçus spécifiquement pour favoriser la paix, la communication et la cohésion sociale (plutôt que la rivalité) entre des participants de différents milieux.

Partenaires


Logo street football world

Royal Europa 90 Kraainem FC

SITUATION GEOGRAPHIQUE
ET INFORMATION GENERALES

NOTRE OBJECTIF

Le club demande un financement pour la poursuite de son initiative pilote d’utilisation du football pour soutenir 700 mineurs non accompagnés âgés de 13 à 18 ans. Ces jeunes se verront offrir la possibilité de participer aux séances d’entraînement du club et à des cours de français donnés par des bénévoles locaux. En outre, ils recevront une tenue d’entraînement et un repas.

Pour développer ce projet, le club souhaite convaincre d’autres clubs de suivre son approche et être reconnu comme modèle en matière d’intégration des réfugiés par le football.

CONTENU DU PROJET

Le Royal Europa 90 Kraainem FC est un club de football situé dans la banlieue de Bruxelles. L’an dernier, ce club a décidé d’agir dans le contexte de la crise des réfugiés, croyant au pouvoir de cohésion sociale du football. Les officiels du club ont pris contact avec l’Agence Fédérale pour l’Accueil des Demandeurs d’Asile et ont développé un programme visant à accueillir des mineurs non accompagnés dans leurs séances d’entraînement, leur proposant également des cours de français et un repas. Cette initiative a été très bien perçue, et le club a accueilli quelque 350 jeunes garçons au cours de l’année.

BENEFICIAIRES

700 mineurs non accompagnés.

SITE WEB OFFICIEL

www.kraainemfootball.be

PARTENAIRES

Logo streeetfootballworld Logo Kraainem FC

Organisation Earth

Earth Refugees

SITUATION GEOGRAPHIQUE
ET INFORMATION GENERALES

NOTRE OBJECTIF

Organisation Earth utilise le financement de la Fondation UEFA pour l’enfance pour introduire des activités de football dans son action. L’organisation dispose d’une large expérience en matière de travail dans les camps de réfugiés en Grèce.

Elle fournit des services et des perspectives aux réfugiés qui dépassent le logement et la nourriture : elle les amène à réfléchir de manière critique et à prendre des décisions en connaissance de cause.

Organisation Earth prévoit de fournir un terrain de football et des activités à 100 jeunes gens entre 10 et 18 ans qui vivent dans le camp de réfugiés de Sounio, à Athènes. Le terrain de football sera un endroit sûr du camp et contribuera ainsi à la santé et au bien-être des utilisateurs.

CONTENU DU PROJET

Organisation Earth (Organisation Terre) est une organisation non gouvernementale grecque à but non lucratif fondée en 2010.

Sa mission porte sur le développement du concept d’intelligence sociale et environnementale grâce à une formation expérimentale non officielle sur le développement durable destinée à un public de tous âges. Il s’agit d’introduire les principales questions relatives à la durabilité qui se posent dans la vie de tous les jours, principalement au moyen d’activités d’apprentissage.

La sensibilisation au développement durable développe les connaissances, les compétences, les comportements et les valeurs nécessaires pour assurer un meilleur avenir à la société dans son ensemble.

Les méthodes employées motivent et responsabilisent les participants, les amenant à modifier leur comportement et à s’engager en faveur d’un nouveau modèle économique qui tienne compte de l’impact social et environnemental.

BENEFICIAIRES

100 enfants.

SITE WEB OFFICIEL

www.organizationearth.org

PARTENAIRES

Logo streeetfootballworld Logo Earth Refugee

Movement on the Ground

Movement on the Ground

SITUATION GEOGRAPHIQUE
ET INFORMATION GENERALES

NOTRE OBJECTIF

Movement on the Ground (Mouvement sur le terrain) est une fondation créée en réponse à une crise humanitaire touchant des populations innocentes – des hommes, des femmes et des enfants –, qui sont contraintes de quitter leur domicile en raison de changements climatiques, de la pauvreté et de la guerre.

L’organisation vise à offrir un soutien structurel aux principaux camps de transit à Lesbos et en Grèce continentale sous la forme de chauffages, d’abris et de nourriture chaude.

CONTENU DU PROJET

Movement on the Ground prévoit de construire un terrain de football dans le camp de réfugiés de Lesbos afin d’introduire des activités selon la méthodologie « football3 » pour aider les résidents du camp à mieux supporter leur situation traumatisante.

La fondation travaille déjà dans ce camp, elle a accès aux infrastructures locales et elle est en contact avec les officiels du camp.

Cette proposition s’intègre dans une vision plus large : un plan de restructuration du camp de réfugiés sous la forme d’un campus, qui offrirait davantage de possibilités aux résidents à court et à long termes.

BENEFICIAIRES

Entre 2500 et 5000 enfants réfugié.

SITE WEB OFFICIEL

www.movementontheground.com

PARTENAIRES

Logo streeetfootballworld Logo Movement on the Ground

Football Friends

SITUATION GEOGRAPHIQUE
ET INFORMATION GENERALES

NOTRE OBJECTIF

Les objectifs du programme « With a little help of Football Friends » (Avec l’aide des Amis du football) sont les suivants :

  • utiliser le football comme moyen de favoriser l’intégration et la cohésion sociales ;
  • cibler les communautés comprenant une proportion élevée de réfugiés et de migrants ;
  • contribuer à l’activité principale de la fondation, à savoir le championnat urbain Football Friends City League, dans le cadre duquel des équipes mixtes s’affrontent pendant certains week-ends dans le cadre de ligues au sein de leurs villes,
  • les équipes les mieux classées étant ensuite invitées à un grand tournoi final sur deux jours ;
  • participer, en marge du football, à des activités pédagogiques.

CONTENU DU PROJET

Les conflits et les violences des années 1990 ont ébranlé tous les aspects de la société dans les pays de l’ex-Yougoslavie, et les jeunes de la région continuent à subir les conséquences du passé récent de leurs pays. En 2005, la fondation Football Friends (Amis du football) a été créée pour aider cette jeune génération à transformer sa vie et pour lui permettre de reconstruire les sociétés fragmentées dans lesquelles elle grandit.

En collaboration avec des organisations telles que le Conseil britannique et divers conseils municipaux, Football Friends favorise différentes initiatives en matière d’éducation, en collaboration avec des établissements scolaires non officiels, en vue de promouvoir le développement des jeunes. L’organisation mène actuellement des programmes de football en Bosnie-Herzégovine, au Monténégro et en Serbie, qui ont enregistré plus de 4500 participants depuis 2005.

BENEFICIAIRES

336 enfants et adolescents âgés de 14 à 18 ans.

SITE WEB OFFICIEL

www.streetfootballworld.org

PARTENAIRES

Logo streeetfootballworld Logo Football Friends

Association de projets interculturels

Cross Culture Project

SITUATION GEOGRAPHIQUE
ET INFORMATION GENERALES

NOTRE OBJECTIF

  • Organiser un camp d’été de sept jours pour 60 jeunes entre 16 et 20 ans.
  • S’assurer d’intégrer 50 % de jeunes déplacés d’Ossetie du Sud et d’Abkhazie et 50 % de femmes dans chaque groupe.
  • Favoriser les échanges entre les populations internes déplacées et les jeunes issus des communautés d’accueil.
  • Améliorer les compétences de base des participants et donner aux deux groupes la chance de bénéficier d’une formation d’entraîneur en vue d’être bénévole dans le projet d’écoles de fun football de l’Association danoise de projets interculturels durant la saison 2016/17.
  • Impliquer 1200 participants supplémentaires (de 8 à 12 ans) grâce à des activités menées par d’anciens participants.

CONTENU DU PROJET

L’Association danoise de projets interculturels est une organisation à but non lucratif politiquement indépendante dont la mission est de promouvoir la coexistence pacifique et la cohésion sociale de personnes de cultures et de milieux très divers. Depuis 1998, plus de 950 000 enfants, 52 000 parents et 79 000 bénévoles locaux ont été impliqués dans ses activités.

BENEFICIAIRES

60 jeunes adultes à partir de 16 ans.

SITE WEB OFFICIEL

www.ccpa.eu/

PARTENAIRES

Logo streeetfootballworld Logo ccpa

Sport dans la Ville

SITUATION GEOGRAPHIQUE
ET INFORMATION GENERALES

NOTRE OBJECTIF

Sport dans la Ville prévoit d’intégrer 50 réfugiés à ses programmes habituels et poursuit les objectifs suivants dans ce cadre :

  • Proposer aux jeunes réfugiés des activités pédagogiques hebdomadaires basées sur le football ;
  • Offrir aux participants, âgés de 14 ans et plus, la chance d’intégrer des workshops consacrés à l’employabilité et à la formation professionnelle.

CONTENU DU PROJET

Sport dans la Ville est une organisation caritative française de premier plan qui s’occupe d’enfants et de jeunes défavorisés entre 7 et 25 ans au moyen d’activités sportives et d’une formation de préparation à l’emploi. Fondée en 1998, Sport dans la Ville est active dans 26 quartiers et a pris en charge plus de 12 000 jeunes dans toute la France.

Grâce à des programmes gratuits de football et de basket-ball, Sport dans la Ville transmet aux participants des valeurs telles que l’esprit d’équipe, la confiance en soi et l’assiduité, leur ouvrant les portes d’un avenir meilleur. Ses programmes sont soutenus grâce à des partenariats avec les autorités locales et nationales, des sociétés, des particuliers et des partenaires internationaux aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Brésil et en Inde. Son programme de formation et d’insertion professionnelle offre aux jeunes la possibilité d’entrer dans le monde du travail.

BENEFICIAIRES

50 enfants.

SITE WEB OFFICIEL

www.sportdanslaville.com

PARTENAIRES

Logo streeetfootballworld Logo Sport dans la ville