Pour un avenir inclusif grâce au football

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement France, Turquie, Angleterre
Date de début 01/05/2022
Date de fin 01/06/2024
Coût du projet 340,000€
Investissement de la Fondation -
Identifiant du projet 20211111
Partenaires FedEx Corp
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Infrastructure et équipement - Victimes des conflits et réfugiés

Contexte

FedEx a été la première entreprise partenaire à travailler avec la Fondation en 2016. Cette collaboration a commencé avec le financement de terrains de football en gazon synthétique, aussi appelés « Field in a Box », dans des communautés au Brésil, en Pologne, en Afrique du Sud et en Espagne. Depuis, le partenariat a évolué et se concentre sur l’utilisation du football comme outil permettant de répondre aux problèmes sociaux et d’améliorer les vies d’une manière plus durable.

En tant que sponsor de l’UEFA Champions League pour le cycle 2021-24, le soutien de FedEx s’étend à son programme de responsabilité sociale, car il met en avant les défis sociaux auxquels les pays organisateurs des finales de l’UEFA Champions League sont confrontés : Paris en 2022, Istanbul en 2023 et Londres en 2024.

Contenu du projet

Le programme « Championing an Inclusive Future through Football » (Pour un avenir inclusif grâce au football) est déployé en parallèle au sponsoring de FedEx de l’UEFA Champions League. Il fournit un soutien financier à des organisations à but non lucratif qui utilisent le football comme outil de promotion de l’inclusion au sein des communautés des villes dans lesquelles les finales se tiennent. Les organisations et les activités soutenues sont décrites ci-dessous.

Paris

L’organisation caritative Sport dans la Ville (SDLV) propose un programme appelé « L dans la Ville » visant à répondre aux besoins et aux aspirations professionnelles des filles et jeunes femmes défavorisées.

Istanbul

L’organisation Bonyan, basée en Turquie, travaille avec des communautés défavorisées accueillant un grand nombre de réfugiés à Istanbul et à Mardin, une ville proche de la frontière avec la Syrie.

Londres

La filière de formation des entraîneurs de l’association Kick It Out invite des hommes et des femmes d’origine africaine ou asiatique à participer à un programme de mentorat qui soutient leur développement dans leur fonction d’entraîneur.

Objectifs

Le programme de SDLV à Paris touchera plus de 2000 filles et vise à :

  • les autonomiser par la pratique d’activités sportives, la participation à des événements et à des excursions ;
  • Améliorer l’accès à l’emploi ;
  • les préparer à devenir des leaders ;
  • les sensibiliser aux stéréotypes de genre.

 

Le projet de l’organisation Bonyan à Istanbul et Mardin soutient le bien-être, la cohésion sociale et la sécurité parmi les réfugiés et leurs communautés d’accueil en utilisant le pouvoir du football et du sport pour créer une cohabitation pacifique. Le projet visera 4000 enfants de différentes ethnies et régions, avec une répartition égale d’enfants turcs et réfugiés ainsi que de filles et de garçons. Les enfants ayant des besoins spécifiques seront également intégrés à ce projet. Ses objectifs sont les suivants :

  • faciliter l’accès des enfants turcs et réfugiés installations sportives existantes ;
  • soutenir les écoles turques pour qu’elles puissent accueillir des écoliers réfugiés ;
  • renforcer les compétences relationnelles (compétences de vie, leadership, résolution de conflits, etc.) des enfants et de leurs éducateurs sportifs ;
  • aider les enseignants d’éducation physique à adopter un état d’esprit « football3 » lors de leurs exercices en classe dans l’optique de lancer eux-mêmes des initiatives à l’avenir ;
  • renforcer la sensibilité aux questions de genre et l’engagement des filles dans les activités sportives, en particulier le football ;
  • promouvoir l’inclusion des enfants ayant des besoins spécifiques dans les activités sportives, en particulier le football ;
  • faciliter l’intégration des personnes d’origine turque et des réfugiés grâce au sport ;
  • augmenter l’accès des enfants turcs et réfugiés aux communautés existantes de protection de l’enfance en Turquie.

 

Le but de l’association Kick It Out est de créer des voies d’accès pour les groupes sous-représentés dans le football de manière à diversifier le vivier de talents. L’organisation fait appel à ses nombreux contacts au sein de la Premier League, la Football League anglaise, l’Association anglaise de football, la Fédération internationale des footballeurs professionnels et les équipes nationales pour donner aux quinze participants sélectionnés :

  • les compétences requises pour renforcer leur talent d’entraîneur·e ;
  • l’accès à des mentors ;
  • la possibilité d’observer des entraîneurs ;
  • des offres d’emploi ;
  • un développement personnel centré sur la fonction d’entraîneur.

Activitiés du projet

SDLV crée un lien étroit avec les jeunes filles grâce à des activités sportives et culturelles qui leur sont réservées. Ces activités comprennent :

  • des sessions régulières destinées aux filles uniquement et leur donnant la possibilité de s’amuser, de parler à d’autres filles de leur quartier et d’améliorer leur jeu dans un environnement sûr ;
  • le programme « Discovery », qui propose des sorties culturelles et sportives pour les jeunes filles dès six ans ainsi que des rencontres avec des joueuses professionnelles qui sont une source d’inspiration pour les filles âgées de 10 à 25 ans et qui peuvent les inciter à poursuivre une carrière ;
  • des séances de suivi individuelles pour chaque participante et des conseils pour atteindre ses objectifs professionnels.

 

Les activités de l’organisation Bonyan ont lieu dans deux villes et incluent :

  • la rénovation de terrains de football dans des écoles (deux à Istanbul et deux à Mardin) ;
  • la distribution d’équipements sportifs et des directives de football3 (dix écoles à Istanbul et quinze à Mardin) ;
  • la formation des enseignants sur le football3 et les activités sportives pour les enfants (50 enseignants à Mardin) ;
  • la formation de jeunes bénévoles pour qu’ils jouent un rôle actif dans leurs communautés (dix bénévoles à Istanbul et vingt à Mardin) ;
  • des matches de football3 (30 matches à Istanbul avec 90 participants chacun et 50 matches à Mardin avec 150 participants chacun).

 

L’association Kick It Out permet à une quinzaine d’entraîneurs de suivre un parcours de développement par le biais de rencontres organisées spécialement avec des représentants de la formation d’entraîneurs seniors du football anglais. Elle propose également :

  • la possibilité d’observer des entraîneurs de clubs de Premier League et de la Football League anglaise ;
  • un aperçu de l’organisation des équipes d’Angleterre masculines et féminines, avec une visite de St George’s Park ;
  • des mentors personnels pour les entraîneurs avec un soutien individualisé ;
  • un accès à des cours de développement pour les entraîneurs ;
  • une invitation spéciale aux événements « Raise Your Game » de l’association Kick It Out, dont les apprentissages sont axés sur le développement des entraîneurs ;
  • des possibilités de postes dans le secteur du football ;
  • la participation au programme de suivi et d’évaluation de Kick It Out.

Partenaires

Kick for Hope

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Jordanie
Date de début 01/01/2022
Date de fin 31/12/2022
Coût du projet 375,000€
Investissement de la Fondation 175,000€
Identifiant du projet 20210680
Partenaires AFDP Global
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Infrastructure et équipement - Victimes des conflits et réfugiés

Contexte

AFDP Global et l’UEFA ont lancé le projet Kick for Hope (L’espoir au bout des crampons) en 2012 à Zaatari pour aider les réfugiés déplacés par le conflit en Syrie, en particulier les enfants, dans ce camp de réfugiés en offrant des activités de football, des cours de formation, un soutien au niveau des infrastructures et des programmes pour développer les compétences de vie. La Fondation UEFA pour l’enfance a repris le flambeau en fournissant une aide financière et au niveau des infrastructures à partir de 2015, et elle a étendu son aide au camp d’Azraq. Les projets de Zaatari et d’Azraq ont été réunis en 2021.

Contenu du projet

AFDP Global propose des activités sportives hebdomadaires pour les filles et les garçons syriens déplacés. Ceux-ci peuvent ainsi pratiquer le football, le judo, la zumba et le tennis de table dans un environnement sûr et amusant, dans le cadre d’entraînements et de compétitions. Dans le cadre de ce projet, un soutien continue d’être apporté à l’équipe d’entraîneurs et de managers syriens établie dans les camps de réfugiés de Zaatari et d’Azraq. Le sport est utilisé pour sensibiliser les participants à certaines questions sociales et pour leur transmettre des compétences de vie indispensables dans le contexte des camps. Des entraînements réguliers sont aussi organisés pour le développement de compétences sportives. Les jeunes sont pris en charge par des éducateurs dont ils peuvent suivre l’exemple.

Objectifs

Mobiliser les enfants et les adolescents syriens

Proposer des activités liées au football et à d’autres sports dans un cadre adéquat, sûr et supervisé, afin que les enfants puissent vivre leur enfance. En plus de jouer et de passer du temps ensemble, les jeunes acquerront des compétences footballistiques et les valeurs fondamentales du sport, telles que le respect, le fair-play, l’esprit d’équipe et la solidarité. Ils recevront également une formation sur certaines questions sociales spécifiques.

Former des entraîneurs de football et des arbitres syriens

Offrir une formation à des réfugiés syriens en leur montrant comment diriger des séances d’entraînement de football, les équiper des compétences requises pour gérer un championnat et diriger des clubs de football, et leur fournir une formation spécifique sur l’arbitrage.

Proposer un programme sur les compétences de vie

Enseigner aux entraîneurs comment utiliser les valeurs du sport pour favoriser le développement personnel des enfants et les sensibiliser à certaines questions sociales, en ciblant en particulier la résolution des conflits, le mariage précoce, le contrôle des naissances et l’importance de l’éducation, de la santé, de l’hygiène et du bien-être.

Organiser les clubs et le championnat de football existants

Offrir un soutien aux administrateurs et aux entraîneurs en s’assurant qu’ils disposent des capacités nécessaires pour organiser les clubs et le championnat de football établis dans le cadre du projet au cours des années précédentes.

Activitiés du projet

  • Infrastructures et matériel d’entraînement

    En collaboration avec AFDP Global, la Fondation UEFA pour l’enfance a contribué à la construction d’un centre sportif. Appelé « Maison du sport », ce lieu propice aux activités sociales constitue un environnement sûr où les jeunes, en particulier ceux qui s’intéressent au football, peuvent se divertir et se faire des amis.

    • Depuis le début de ce projet, plus de 20 000 ballons de football, 20 000 t-shirts, casquettes et sacs à dos, 5000 paires de chaussures et 1000 kits d’entraînement (cônes, coupelles, dossards, chronomètres, sifflets, etc.) ont été distribués pour les activités sportives.
    • Quelque 1000 snacks et 2000 bouteilles d’eau sont distribués lors de chaque tournoi.
    • Les entraîneurs ont également été entièrement équipés.
    • Les deux terrains principaux utilisés pour les tournois ont été pourvus de gazon synthétique et entièrement équipés pour les matches de football.
    • Onze conteneurs remplis d’équipements (tenues de sport, ballons, etc.) ont été fournis par la Fondation.

     

    Terrain de football

    Avec pour objectif la mise à disposition d’un environnement sûr pour les bénéficiaires du projet, la Fondation UEFA pour l’enfance, en coopération avec AFDP Global et l’Association jordanienne de football, a aidé à pourvoir de gazon synthétique un terrain de football de taille standard (en 2017) et à créer un petit terrain de football pour les filles (en 2018), avec le soutien financier de Lay’s, en plus d’un petit terrain au camp d’Azraq.

    Chiffres (2021)

    • Au total, 305 réfugiés adultes – dont 102 femmes et 203 hommes – ont déjà bénéficié d’une formation pour les entraîneurs financée par la Fondation. Parmi ces entraîneurs, 27 travaillent actuellement dans le cadre du projet et les autres pour d’autres organisations non gouvernementales dans le camp.
    • Des experts désignés par la Fondation UEFA pour l’enfance et AFDP Global ont déjà organisé des workshops sur l’arbitrage, la guérison des traumatismes, le sport en tant qu’outil de cohésion sociale, le mariage précoce et la résolution des conflits. Quelque 54 arbitres ont bénéficié d’une formation, dont 21 femmes.
    • Environ 5600 enfants et jeunes – des garçons et des filles – participent aux activités sportives hebdomadaires et aux tournois de football mensuels supervisés par des entraîneurs qualifiés. Ils ont été jusqu’à 7137 jeunes Syriens à en bénéficier, en octobre 2019, dont 4947 garçons et 2190 filles âgés de 8 à 20 ans. Ces chiffres auraient dû augmenter durant l’été 2020, mais en raison du COVID-19, AFDP Global a interrompu toutes les activités pour les enfants à cause d’un confinement ordonné par le gouvernement dans les camps. Les activités ont repris en septembre 2021.
    • Des tournois de football mensuels sont organisés dans les camps pour les catégories des moins de 13 ans, des moins de 15 ans et des moins de 20 ans. En moyenne, 1000 enfants et jeunes âgés de 8 à 20 ans, dont 300 filles, prennent part aux tournois mensuels. Le plus grand nombre de participants, à savoir 1580, a été enregistré en mars 2019.
    • Des événements mensuels sont organisés pour les moins de 8 ans et comprennent en moyenne une centaine de participants.
    • Les équipes masculines peuvent utiliser le terrain durant deux heures par jour.
    • Outre le football, d’autres activités sont aussi organisées. Quelque 340 garçons pratiquent régulièrement le judo (M13 et M15), plus de 180 garçons et filles participent à des activités de tennis de table (M13 et M15), et 300 filles prennent des cours de zumba.

Resultats attendus

    • Des activités de football et des entraînements sont organisés pour un total de 2800 garçons et 1800 filles entre 8 et 20 ans.
    • Des tournois de football mensuels sont organisés dans le camp pour environ 1000 participants entre 8 et 20 ans, dont 300 filles.
    • Plus de 18 équipes masculines disposent des installations nécessaires pour jouer quotidiennement au football, et des tournois sont organisés pour elles.
    • D’autres activités sportives et de loisirs sont organisées quotidiennement, offrant un plus grand choix aux bénéficiaires, y compris du judo, du tennis de table et de la zumba.
    • Un personnel de 22 hommes et 22 femmes est maintenu. Il utilisera le sport en général et le football en particulier comme outils pour la cohésion sociale et la résolution de conflits, et sera responsable de gérer des équipes de différentes catégories d’âge.
    • Des événements extérieurs seront organisés afin de maximiser les répercussions sociales grâce à la sensibilisation et à l’augmentation des possibilités de nouer des amitiés.

Partenaire

Laissez-moi jouer au football !

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Moldova
Date de début 01/03/2022
Date de fin 15/02/2023
Coût du projet 62,939€
Investissement de la Fondation 50,000€
Identifiant du projet 20210884
Partenaires Football Association of Moldova, Scenario NGO
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité

Contexte

La Moldavie est l’un des pays les plus pauvres d’Europe et connaît une instabilité politique depuis 2006. Déjà à cette époque, elle comptait le plus grand nombre d’orphelinats sur le continent européen. Toutefois, la plupart des enfants placés ne sont pas orphelins, mais ont été abandonnés par leurs parents faute de moyens suffisants pour les élever. En raison du taux de chômage particulièrement élevé, les jeunes adultes partent souvent à l’étranger pour chercher du travail. Ils laissent ainsi leurs enfants à la charge de l’État, convaincus d’agir dans leur intérêt.

Contenu du projet

Le projet comprend différents programmes de développement destinés aux enfants vivant dans des orphelinats dans tout le pays, dont certains donnent accès à des activités liées au football.

  • Championnat national de football entre orphelinats
  • Match amical entre une dream team nationale composée d’enfants d’orphelinats moldaves et une équipe d’enfants d’orphelinats à l’étranger
  • Scenario Smart Camp, un camp de sport et de loisirs pour 50 enfants de quinze orphelinats différents ayant déjà manifesté leur intérêt pour des activités éducatives, culturelles et sportives organisées par notre ONG
  • Tutorat de mathématiques en personne pour aider les enfants en difficulté à atteindre les normes scolaires
  • Cours d’anglais en personne pour aider les orphelins vivant en milieu rural à améliorer leurs compétences orales
  • Fête sportive de Noël/du Nouvel An pour permettre aux enfants de s’amuser et de se faire des amis dans d’autres orphelinats
  • École d’informatique à distance pour donner aux enfants des compétences essentielles au XXIesiècle, y compris l’utilisation d’outils informatiques tels que MS Word, Excel, PowerPoint, les moteurs de recherche, etc.
  • École des bonnes manières à distance pour donner aux enfants placés l’éducation sociale et culturelle normalement dispensée par la famille

 

Objectifs

  • Donner accès à des activités sportives pour améliorer la santé et les performances personnelles des enfants vivant dans les orphelinats
  • Dispenser un enseignement de qualité, incitant les enfants à poursuivre leurs études secondaires et supérieures
  • Aider les enfants des orphelinats à devenir la meilleure version possible d’eux-mêmes
  • Protéger les droits des enfants et les intégrer dans la société afin qu’ils ne soient plus vulnérables et qu’ils soient considérés comme des citoyens à part entière

Activités du projet

  • Organiser un championnat entre les orphelinats
  • Offrir des cours de langue et d’autres formes de tutorat à 300 enfants placés en institution
  • Organiser une fête de Noël et du Nouvel An pour les enfants de quinze orphelinats en Moldavie
  • Donner des cadeaux aux enfants
  • Distribuer des fournitures à tous les orphelinats
  • Fournir aux enfants participants un équipement de football

Résultats attendus

Pour les enfants :

  • Amélioration des résultats scolaires
  • Accès à des activités sportives
  • Aspirations plus élevées et plus grande confiance en soi
  • Amélioration de la communication et des relations interpersonnelles fondées sur le respect et la tolérance
  • Enrichissement culturel

Pour les retraités et les enseignants :

  • Possibilités de revenus complémentaires
  • Élargissement de l’environnement social
  • Satisfaction de jouer un rôle social important
  • Possibilité de mettre à profit leur expérience

Partenaires

Health 360: Football pour une communauté protégée

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Lusaka, Zambia
Date de début 31/01/2022
Date de fin 31/07/2023
Coût du projet 136,300€
Investissement de la Fondation 63,300€
Identifiant du projet 20210991
Partenaires Red Deporte
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Infrastructure et équipement

Contexte

Présente en Zambie depuis 1999, l’association Red Deporte œuvre dans les écoles et les espaces sportifs, qui sont des points de rencontre pour les enfants et les adolescents. Le projet Health 360 met à profit la popularité du football pour s’en servir comme d’une plateforme de promotion de la santé auprès des populations les plus vulnérables en Zambie, l’un des pays africains présentant les taux les plus préoccupants en matière de santé et d’égalité. Par exemple, le taux d’infection au VIH/SIDA chez les femmes est de 16 %, soit deux fois plus que chez les hommes (ONUSIDA, 2019). Ce projet a pour groupe cible les enfants et les adolescents, et met l’accent en particulier sur l’autonomisation des jeunes femmes. Il promeut également des actions de soutien en Espagne, telles que le recrutement de bénévoles et d’éducateurs en matière de santé et l’apport d’un soutien en matière de développement durable parmi les organismes de football.

Contenu du projet

Le projet Health 360 entend ouvrir un centre sportif communautaire promouvant et coordonnant les programmes de football pour la santé dans seize écoles de Lusaka et de Mansa. La promotion de la santé est vue sous trois angles, et à chacun correspond un programme :

  1. hygiène élémentaire et prévention des maladies infectieuses telles que le COVID-19, le VIH/SIDA et le paludisme
  2. prévention contre l’alcoolisme et la toxicomanie
  3. compétences de vie : sensibilisation à l’importance d’être en bonne santé pour réussir à l’école et, plus tard, dans la vie professionnelle

Objectifs

But général : garantir le droit à la santé des enfants et des adolescents vulnérables.

Objectif spécifique : créer un programme de football promouvant la santé de la communauté en tant que facteur d’autonomie, offrant des soins de santé, réduisant les risques de maladie et prévenant les addictions, auprès de 4500 enfants et adolescents.

Activitiés du projet

  • Construction d’un centre sportif.
  • En Zambie, formation des moniteurs et entraîneurs; en Espagne, recrutement et formation du personnel de santé destiné à travailler en Zambie.
  • Programme hebdomadaire constitué d’activités sportives et éducatives, et de festivals réguliers coordination avec les seize centres éducatifs du réseau.
  • Soins de santé dans les centres médicaux communautaires et visites médicales dans les écoles.
  • Diffusion des résultats du football pour le développement auprès des organismes de partenariat public-privé.

Resultats attendus

  • Meilleure capacité à lutter contre les maladies infectieuses telles que le COVID-19, le VIH/SIDA, et le paludisme ; hygiène de base et prévention contre l’alcoolisme et la toxicomanie.
  • Réseau bien établi réunissant 30 entraîneurs/éducateurs et 24 enseignants travaillant dans les centres éducatifs et maisons de jeunesse à Lusaka et Mansa et utilisant le football pour promouvoir la santé.
  • Développement de la coordination, de la participation, du contenu et de l’organisation du programme de football pour la santé de la communauté dans les seize centres éducatifs.
  • Amélioration des soins de santé pour 800 enfants et adolescents dans quatre centres médicaux communautaires.

Partenaire

La vie est une fête

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Afrique du Sud, Tshwane et Johannesbourg
Date de début 01/01/2022
Date de fin 31/12/2022
Coût du projet 272,499€
Investissement de la Fondation 41,823€
Identifiant du projet 20210212
Partenaires Altus Sport
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité

Contexte

Dans certains quartiers de Tshwane (Pretoria) et de Johannesbourg, les enfants vivent dans des conditions socioéconomiques déplorables et ont une éducation précaire en raison du manque d’enseignants, de ressources et de salles de classe. N’ayant pas accès à l’apprentissage en ligne, ces enfants ont vu leur scolarisation interrompue pendant près de deux ans à cause de la pandémie de COVID-19.

Par ailleurs, l’éducation physique est quasiment inexistante dans le système scolaire. Les rares installations sportives sont délabrées, les enseignants d’éducation physique et les entraîneurs peu nombreux.

Les filles ont du mal à faire valoir leurs droits, et les mythes portant sur la santé et la reproduction les empêchent de développer leur plein potentiel.

Le taux de chômage est très élevé. Nombre de jeunes n’ont ni la confiance en eux ni les compétences nécessaires pour trouver un emploi, et les modèles positifs sont rares.

Contenu du projet

Le but du projet consiste à utiliser le sport pour donner aux enfants la chance d’améliorer leur vie. Il comprend notamment de former des jeunes dans l’organisation d’activités sportives et de sessions sur les compétences de vie pour les enfants. Lors de ces sessions, les enfants jouent au football, au cricket, au touch rugby, au netball et au hockey. Divers sujets sont également abordés, notamment les valeurs positives, la résilience, l’hygiène, la puberté et les menstruations, la contraception, les relations saines, le harcèlement et la pression du groupe, les violences à caractère sexiste et la gestion financière.

Objectifs

  • Donner une chance de réussite aux jeunes sans emploi en les formant dans le domaine du développement personnel et du leadership, des compétences élémentaires nécessaires à l’emploi, de l’activité physique et du sport.
  • Promouvoir l’activité mentale et physique en faisant découvrir aux enfants divers sports et activités d’entraînement cérébral.
  • Favoriser les comportements positifs et réduire la violence, la maltraitance, la criminalité et la consommation de drogues.
  • Transmettre des valeurs positives et des principes de bonne citoyenneté par le biais des valeurs et de l’éducation olympiques.
  • Encourager les personnes en situation de handicap à être actives.
  • Favoriser l’acquisition de compétences telles que la lecture et l’écriture.
  • Permettre l’émancipation des filles en les informant sur l’hygiène, la santé reproductive, le leadership et les bases de la gestion financière.
  • Promouvoir l’entrepreneuriat à travers la création de jardins potagers transmettant aux enfants le sens de la responsabilité, de la gestion et du leadership.

Activitiés du projet

Les jeunes leaders sportifs participeront à des sessions mensuelles pour apprendre à organiser et à animer des activités éducatives portant sur le sport et les compétences de vie, et pour développer leurs propres compétences en matière d’entraînement, de leadership, de développement personnel et de gestion financière. Chaque jeune leader sportif sélectionnera les écoles et autres sites appropriés dans son quartier pour le déroulement de séances de sport destinées aux enfants. Ils travailleront quatre jours par semaine, chaque jour auprès d’un groupe différent de 25 à 30 enfants. Chaque séance durera deux heures et comprendra un échauffement, une formation sportive, une formation aux compétences de vie (par le biais de jeux, de jeux de rôle et de discussions) et un retour au calme en conclusion.

Il y aura également d’autres activités destinées aux enfants, telles que des sessions pendant les vacances et des tournois, des événements à l’occasion de la Journée olympique et de la Journée de la Paix, des coins lecture et des parties d’échecs. Dans les jardins potagers, les enfants planteront des légumes, s’en occuperont puis les vendront, ce qui leur permettra d’apprendre à établir un budget, à prévoir, à être responsable et à gérer leur temps, ainsi que de prendre confiance en eux.

Resultats attendus

  • Âgés de 18 à 35 ans, les jeunes leaders sportifs – hommes et femmes – auront une large palette de compétences, ce qui augmentera leurs chances de trouver un emploi.
  • Âgés de 11 à 17 ans, les participants – filles et garçons – acquerront de nombreuses compétences sportives et développeront une bonne connaissance de ce qui constitue un mode de vie sain.
  • Les participantes âgées de 12 à 17 ans auront une meilleure connaissance de leurs droits, des problématiques liées à la santé reproductive et à la violence sexiste, et sauront accéder aux ressources de la communauté en cas de besoin.
  • Âgés de 11 à 17 ans, les participants –filles et garçons – feront preuve de leadership, gagneront confiance en eux et développeront un esprit positif à l’école, à la maison et sur le terrain de sport, et une attitude avisée à l’égard de l'argent.

Partenaire

Spirit of Soccer : Éducation aux risques liés aux mines et au COVID-19

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Cambodge
Date de début 01/01/2022
Date de fin 31/12/2022
Coût du projet 129,520€
Investissement de la Fondation 129,520€
Identifiant du projet 20210613
Partenaires Mine Risk Education
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Infrastructure et équipement

Contexte

Depuis plus de 30 ans, le Cambodge endure les dangers liés aux mines antipersonnel et à d’autres restes explosifs de guerre. Les enfants sont les plus vulnérables et représentent plus de 50 % des victimes.

Mutilés et traumatisés, les survivants sont souvent retirés du système scolaire, privés d’éducation et stigmatisés encore davantage en étant considérés comme un fardeau pour leur famille et la communauté au sens large.

Depuis que le projet Spirit of Soccer a été lancé au Cambodge en 2006, le nombre de victimes des mines antipersonnel a chuté de 875 à 65 par an, en 2020. En résumé, sans notre intervention, de telles tragédies continueraient sans aucune forme de contrôle.

Contenu du projet

Notre mission consiste à utiliser le football pour sensibiliser les enfants vivant dans des zones de conflit actuel ou passé aux dangers des mines antipersonnel, des restes explosifs de guerre et du COVID-19.

Nous sensibilisons, formons et employons des enseignants et des entraîneurs de football locaux afin que ceux-ci utilisent notre programme. Nos leçons faciles à comprendre et en lien avec le football enseignent aux enfants comment identifier et éviter certains risques ainsi que des munitions non explosées. Nous adoptons une approche amusante, inclusive et adaptée aux spécificités culturelles, tout en créant un environnement sûr offrant des activités physiques saines, de l’espoir et du bonheur.

Objectifs

  • 14 000 jeunes (60 % de garçons et 40 % de filles) participant à des activités footballistiques organisées de manière professionnelle.
  • 40 000 bénéficiaires indirects de workshops dédiés à la formation et à l’entraînement, de tournois locaux, de campagnes multimédias et entre pairs, ainsi que d'équipements et de supports de sensibilisation (affiches et blocs-notes).
  • 60 entraîneurs locaux formés à l’éducation aux risques découlant du COVID-19 et des restes explosifs de guerre, ainsi qu’à l’entraînement de jeunes au niveau de la licence D.
  • 25 démineurs khmers des Nations Unies en faveur du maintien de la paix figurant parmi les candidats aux workshops, à la demande du ministère de la défense.

Activitiés du projet

  • Organisation d’ateliers d’entraînement à travers des écoles locales dans des communautés touchées par les mines, à destination de 14 000 enfants à risque.
  • Développement de supports éducatifs de terrain pour des mesures de prévention du COVID-19 et des accidents liés aux restes explosifs de guerre dans le but de toucher indirectement 40 000 jeunes.
  • Liaison permanente avec le groupe de travail national dédié à la lutte antimines.
  • Organisation de trois tournois de football réunissant 150 joueurs chacun (60 % de garçons et 40 % de filles) ; offre d’entraînements au football et de formation à la réduction des risques liés au COVID-19 et aux accidents provoqués par des restes explosifs de guerre.
  • Formation de préparation et supports éducatifs destinés aux joueurs.
  • Entraînements à domicile en cas de fermeture des écoles.

Resultats attendus

  • Distribuer 400 ballons de football et 14 000 blocs-notes thématiques sur les restes explosifs de guerre à travers des ateliers d’entraînement et des tournois.
  • Atteindre 14 000 participants directs et 40 000 participants indirects au sein d’un large public d’entraîneurs et de dirigeants, de jeunes locaux, d’adultes, d’éducateurs, de responsables officiels du ministère et de groupes de travail dédiés aux restes explosifs de guerre.

Partenaire

Autonomiser les enfants de la Matanza grâce au sport, à la culture et à l’éducation

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Argentine, Buenos Aires
Date de début 28/02/2022
Date de fin 28/02/2023
Coût du projet 47,645€
Investissement de la Fondation 10,000€
Identifiant du projet 20210704
Partenaires United Through Sport Argentina
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Infrastructure et équipement - Santé et handicap

Contexte

Située à 25 km au sud-ouest de Buenos Aires, La Matanza est un district particulièrement défavorisé où le taux de pauvreté dépasse la moyenne nationale pourtant déjà élevée (60 %). Ce district est marqué par un fort taux de toxicomanie et de violence liée à la drogue, et par la malnutrition. Les infrastructures y sont insuffisantes (accès à l’eau, électricité et gestion des déchets) et l’accès aux services de santé quasiment inexistant.

 

Contenu du projet

Le programme de participation de masse associe entraînement sportif et enseignements sur les compétences de vie. Il est actuellement mis en œuvre quotidiennement dans quatre écoles publiques de la ville de Buenos Aires. Nous entendons l’étendre à des écoles de La Matanza afin d’accroître la portée et l’impact de notre travail. Ce programme comprend un entraînement sportif structuré (football, rugby et hockey sur gazon, par exemple), associé à des séances consacrées aux compétences de vie et portant sur les échanges culturels, la durabilité, le bien-être individuel et celui de la communauté, et sur les questions liées au genre. Les séances seront animées par le personnel local avec l’appui de bénévoles internationaux.

Objectifs

  • Utiliser notre modèle d’entraînement associant sport et compétences de vie pour améliorer le bien-être mental et physique des participants, et leur permettre d’acquérir durablement des compétences de vie (esprit d’équipe, leadership, prise de décision et communication).
  • Utiliser le sport pour améliorer l’engagement scolaire et offrir des débouchés d’avenir à des personnes talentueuses et assidues.
  • Développer et établir notre modèle et notre méthodologie associant sport et compétences de vie dans l’optique d’accroître leur portée à l’avenir.

 Objectifs spécifiques :

  • Établir un partenariat avec au moins trois autres écoles afin d’intégrer 2000 enfants et adolescents supplémentaires au programme.
  • Organiser des ateliers pour 2000 enfants et adolescents et viser une amélioration des résultats scolaires de 15 % en moyenne par enfant, comme dans nos programmes de Buenos Aires, et parvenir également à une amélioration de l’assiduité à l’école à hauteur de 5 % par enfant.
  • Utiliser le sport pour aborder, de manière ludique et interactive sur le terrain, des problématiques particulièrement épineuses comme la criminalité et la sensibilisation aux drogues.

 

Activitiés du projet

  • Établir un partenariat avec au moins trois autres écoles afin d’intégrer 2000 enfants et adolescents supplémentaires au programme.
  • Organiser des ateliers pour 2000 enfants et adolescents et viser une amélioration des résultats scolaires de 15 % en moyenne par enfant, comme dans nos programmes de Buenos Aires, et parvenir également à une amélioration de l’assiduité à l’école à hauteur de 5 % par enfant.
  • Utiliser le sport pour aborder, de manière ludique et interactive sur le terrain, des problématiques particulièrement épineuses comme la criminalité et la sensibilisation aux drogues.

Resultats attendus

Janvier-février 2022 Prendre contact avec de nouvelles écoles et les autorités locales pour leur présenter le programme et le développer.

Février-mars 2022 Acheter un minibus privé.

Mars-avril 2022 Engager du personnel supplémentaire pour seconder le professeur de sport dans les écoles locales.

Mars-avril 2022 Concevoir et coordonner un programme de sports et d’enseignement après avoir consulté le personnel local.

Avril 2022 Soumettre les livrables (programme scolaire).

Mai 2022 Lancement du programme.

Juillet 2022 Événement « Jeux d’hiver ».

Août-septembre 2022 Soumission du rapport intermédiaire et des évaluations.

Décembre 2022 Cérémonie de remise des diplômes.

Février 2023 Soumission du rapport final.

 

Partenaire

Apprendre pour changer

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Ghana
Date de début 01/03/2022
Date de fin 28/02/2023
Coût du projet 57,149€
Investissement de la Fondation 18,387€
Identifiant du projet 20211184
Partenaires Play Soccer Ghana
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Santé et handicap

Contexte

Le système éducatif au Ghana est essentiellement axé sur la théorie et n’accorde que peu d’attention à la pratique. De nombreux élèves sont donc incapables de développer leur esprit critique et leurs compétences en matière de résolution des problèmes.

Contenu du projet

Ce programme exploite l’attrait unique du football en faveur du développement communautaire en créant des possibilités d’apprentissage pour des enfants âgés de 5 à 15 ans, afin de leur permettre d’améliorer leurs compétences de vie, leur santé et leur niveau de jeu. En plus d’employer la méthodologie football3, le programme organise aussi une collecte de sacs en plastique usagés, qui sont ensuite tissés en filets de buts. Le projet sera mené dans onze communautés satellites de six régions pendant douze mois et touchera 880 bénéficiaires au total.

Objectifs

Les enfants bénéficieront de possibilités d'apprentissage supplémentaires grâce à des sessions « play for fun » et « learn for life » (PFFLFL : jouer pour s’amuser et apprendre pour la vie), qui leur permettront d’en savoir plus sur la santé, de développer des compétences de vie et d’appliquer les connaissances acquises à la résolution de problèmes de la vie réelle.

Les enfants trieront des sacs en plastique usagés chez eux et à l’école, et ces sacs seront tissés pour confectionner des filets de buts.

La méthodologie football3 sera employée pour enseigner le fair-play, l’égalité et la participation des filles dans le football.

Activitiés du projet

  • Les entraîneurs seront formés à l’utilisation de la méthodologie PFFLFL pour éduquer les enfants dans les compétences de vie, la santé et le football ;
  • Les bénéficiaires participeront à des sessions PFFLFL hebdomadaires ;
  • Les jeunes apprendront à réutiliser des sacs en plastique pour confectionner des filets de buts et promouvoir des villes propres ;
  • Les matches football3 sensibiliseront les enfants au fair-play et à la lutte contre la discrimination.

Resultats attendus

 

  • 33 entraîneurs apprendront à utiliser des activités footballistiques pour encourager les apprentissages ;
  • 880 enfants de six régions du Ghana bénéficieront de sessions d’activités PFFLFL pour améliorer leurs compétences de vie, leur santé et leur niveau en football ;
  • 200 foyers trieront leurs déchets plastiques et des sacs en plastique seront tissés pour confectionner des filets de buts ;
  • Les matches football3 enseigneront aux enfants l’importance de l’intégration, du fair-play et de l’égalité des genres.

Partenaire

Intégration sociale des enfants des rues par le sport

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Ethiopie
Date de début 01/01/2022
Date de fin 31/12/2022
Coût du projet 98,320€
Investissement de la Fondation 63,000€
Identifiant du projet 20210272
Partenaires Busajo NGO
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité

Contexte

Le Campus de Busajo est un projet social et éducatif destiné aux enfants des rues vivant dans la ville éthiopienne de Sodo et dans les zones rurales environnantes. On estime qu'il y a environ 3000 enfants des rues à Sodo.

L’objectif du Campus de Busajo est de réinsérer les enfants des rues dans leur famille et dans la société. Ce projet vise à aider les bénéficiaires à devenir plus autonomes et autosuffisants, en investissant dans leur évolution culturelle, éducative et professionnelle, favorisant ainsi également le développement social et économique de la communauté au sens large.

Le Campus de Busajo promeut la formation professionnelle, la santé et le soutien psychologique pour les enfants des rues, estimant que c'est le meilleur moyen de leur garantir une vie meilleure et une intégration sociale, et de lutter contre la pauvreté dans laquelle ils vivent, en les aidant à retrouver confiance dans leur avenir. Le sport est promu comme une activité éducative qui soutient la croissance physique et émotionnelle des enfants et une activité sociale qui enseigne les règles de coexistence et de vie en communauté.

Le Campus de Busajo guide les enfants sur la voie d’une récupération d'abord physique, puis psychologique, émotionnelle et comportementale, les aidant à être heureux aujourd’hui pour devenir demain des personnes autonomes et porteuses du développement durable dans leur pays d'origine. Cependant, les ateliers actuels ne sont plus suffisants pour les besoins de formation et pour soutenir la pérennité économique du Campus.

Contenu du projet

Le soutien de la Fondation UEFA pour l’enfance permettra au Campus de Busajo de construire deux nouveaux ateliers et de développer les cours de formation professionnelle et les occasions d'emploi pour les participants.

Les nouveaux ateliers – couture/tissage et menuiserie –permettront aux participants de se former à l'intérieur pendant la saison des pluies. Deux nouveaux bâtiments offriront davantage d’espace et de machines pour les cours, qui ont pour vocation d’augmenter les compétences techniques des bénéficiaires, de les aider à démarrer leur propre entreprise avec peu de capital et de leur fournir une spécialisation dans un artisanat de qualité, très recherché à Sodo.

Les compétences relationnelles sont améliorées grâce aux activités éducatives sportives, qui comprennent des « Jeux olympiques » pour  les enfants, organisés sur les terrains de sport du Campus.

Objectifs

  • Augmenter le potentiel du Campus, en élargissant les ateliers.
  • Développer les compétences techniques des bénéficiaires, en améliorant les cours de couture/tissage, qui donnent aux jeunes la possibilité de créer leur propre entreprise et d’acquérir un savoir-faire dans un artisanat de qualité très recherché localement.
  • Accroître la pérennité économique du Campus par la vente de biens autoproduits.
  • Augmenter les compétences relationnelles des jeunes grâce au sport.

Activitiés du projet

  • Construction des bâtiments des nouveaux ateliers.
  • Proposition de quatre cours de formation professionnelle (menuiserie du bambou, savons, boulangerie et couture/tissage).
  • Accompagnement au lancement d’une activité d’autoentrepreneur à l'issue de la formation.
  • Organisation de « Jeux olympiques » pour les enfants afin de promouvoir l'égalité des chances et la socialisation.

Resultats attendus

  • Construction de deux nouveaux bâtiments pour les ateliers, qui amélioreront la qualité de la formation professionnelle proposée par le Campus de Busajo et sa durabilité économique.
  • Mise en place de quatre cours de formation professionnelle, destinés à vingt garçons et filles âgés de 15 à 20 ans.
  • Accompagnement à la création de quatre activités d’autoentrepreneur pour des jeunes ayant terminé leur formation.
  • Mise en place d’un parcours d'activités éducatives informelles pour 60 mineurs sur le Campus afin de promouvoir l'égalité des chances pour les filles et les garçons et l'intégration des enfants résidant sur le Campus dans la communauté.
  • Création d'une édition des « Jeux olympiques » pour les enfants destinée à 40 mineurs au sein du Campus de Busajo, en tant qu'activité de socialisation et de développement de compétences relationnelles.

Partenaire

Education, autonomisation et employabilité des filles

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Pakistan
Date de début 01/01/2022
Date de fin 31/12/2023
Coût du projet 360,000€
Investissement de la Fondation 150,000€
Identifiant du projet 20210338
Partenaires Right To Play
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité

Contexte

Le Pakistan est au bas des classements internationaux portant sur la qualité, l’égalité et l’accès à l’éducation. Les enfants et les jeunes vivant dans des bidonvilles urbains sont parmi les plus vulnérables, une situation encore aggravée par la pandémie, en particulier pour les filles.

Conformément au rapport national annuel de 2021 sur la situation en matière d’éducation, les décrochages scolaires chez les filles ont augmenté de 5 % au niveau primaire et de 10 % au niveau secondaire lorsque les écoles ont rouvert leurs portes après les fermetures liées au COVID-19. De plus, la participation des filles aux formations sur l’employabilité au sein d’établissements techniques et professionnels a reculé de 25 % par rapport à 2019.

On estime que sur les 12 millions de personnes travaillant à domicile au Pakistan, 80 % sont des femmes, dont la majorité ont subi des réductions salariales et des licenciements dus au ralentissement de l'activité économique. Cette situation souligne la nécessité de mettre en place des programmes sur mesure axés sur l’éducation et l’employabilité des filles afin que celles-ci obtiennent de meilleurs postes et parviennent à les conserver à la suite de telles crises

Contenu du projet

L’éducation, l’autonomisation et l’employabilité sont les objectifs fondamentaux de ce projet, qui vise à fournir aux filles les connaissances et les compétences dont elles ont besoin pour construire un meilleur avenir pour elles-mêmes et leurs communautés.

Le projet comprend :

  • un module de formation et d’autonomisation spécialement destiné aux filles sur la conscience de soi, la santé et l’hygiène, leurs droits et les connaissances financières.
  • des sessions de football, de basketball et de volleyball conçues avec soin selon une approche de développement par le sport afin d’enseigner non seulement des compétences sociales, physiques, cognitives et affectives essentielles pour la vie, mais aussi des aptitudes sportives.

Objectifs

Ce projet de deux ans vise à autonomiser 18 000 filles âgées de 11 à 16 ans dans 70 écoles publiques de Karachi et d’Islamabad pour qu’elles puissent disposer librement de leur corps et de leur vie. Dans cette perspective, il a pour objectif d’améliorer l’accès au sport et les possibilités de jeu ainsi que d’enseigner les bases financières, l’employabilité, le leadership et les compétences de vie essentielles.

 

Activitiés du projet

  • formation d’entraîneurs bénévoles et d’enseignants d’éducation physique portant sur le programme du projet, le développement par le football, l’égalité des genres, l’inclusion et la protection de l’enfance.
  • activités sportives et ludiques régulières dans les écoles, menées par des entraîneurs et des enseignants formés.
  • tournois de sport, camps d’entraînement et journées thématiques pour sensibiliser les communautés et favoriser le dialogue.
  • clubs de leaders juniors : des jeunes triés sur le volet sont soutenus pour créer des clubs dans leur école et agir de leur propre initiative pour améliorer leur milieu scolaire, assister les entraîneurs et promouvoir l’apprentissage entre pairs.
  • fourniture d’équipement et réhabilitation d'espaces de jeu pour favoriser des sessions sûres et inclusives dans les écoles.

Resultats attendus

  • compétences de vie améliorées (assurance, communication, leadership, prise de décisions, etc.) pour 70 % des filles,
  • meilleure compréhension de l’établissement d’un budget, de l’épargne et d’autres notions financières pour 70 % des filles.
  • aptitude à identifier des objectifs de carrière et meilleure compréhension de la démarche à privilégier pour améliorer l’employabilité de 50 % des filles.
  • Meilleure capacité de prendre des décisions concernant leur corps et leur vie pour 40 % des filles.

Partenaire

Des buts pour mon avenir V

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Austria, Vienna
Date de début 01/01/2022
Date de fin 31/12/2022
Coût du projet 416,000€
Investissement de la Fondation 10,000€
Identifiant du projet 20210383
Partenaires Mentor Management-Entwicklung-Organisation GmbH & Co OG
Catégories Accès au sport - Employabilité - Victimes des conflits et réfugiés

Contexte

À Vienne, pour la période entre 2006 et 2016, le pourcentage moyen de jeunes de 15 à 24 ans déscolarisés, sans emploi ni formation (NEET) était de 10,9 %, ce qui représentait 21 800 jeunes.

Le projet « Goals for my Future V » (« Des buts pour mon avenir V ») s’inscrit dans la continuité de quatre projets précédents et vise à soutenir les jeunes NEET en utilisant le football pour encourager leur participation et leur intégration à la vie en société.

Le groupe cible est les jeunes NEET, âgés de 14 à 21 ans (voire jusqu’à 25 ans) qui :

  • n’ont pas (encore) terminé la scolarité obligatoire ;
  • ont besoin d’une structure au quotidien ;
  • sont menacés d’une exclusion immédiate ;
  • ont grandi dans une famille où les parents sont dans une situation instable en matière d’emploi ;
  • viennent de familles ayant eu peu accès à la culture ;
  • font partie de minorités ethniques ou ne sont pas citoyens d’un des 27 pays de l’Union européenne ;
  • ont connu des expériences négatives dans le système scolaire (absentéisme, exclusions temporaires, etc.) ;
  • ont des troubles comportementaux.

Contenu du projet

Ce projet est multidimensionnel et comprend :

  • des sessions d’entraînement de football deux fois par semaine, ainsi que des compétitions et des tournois de football ;
  • de multiples activités sportives deux fois par semaine, notamment l’escalade, le jonglage et la natation ;
  • un entraînement individuel (une fois par semaine) et un soutien psychologique ;
  • un encadrement éducatif et professionnel, un enseignement correctif,
  • des conseils en entraînement et des ateliers, avec le soutien de la Fédération autrichienne de football.

Les jeunes font l’objet d’une grande attention individuelle. L’équipe du projet est disponible quasiment 24 h/24 pour eux, créant ainsi un réseau très soudé, où aucun participant ne peut échouer.

Objectifs

  • Préparer les jeunes à leur réintégration dans l’éducation ou la formation en réduisant les lacunes scolaires et linguistiques, et en faisant la promotion des compétences sociales et d’un comportement approprié.
  • Exploiter le potentiel de développement personnel des jeunes.
  • Offrir une orientation scolaire et professionnelle.
  • Créer un réseau stable et durable.
  • Créer un lien avec un club de football.
  • Mettre en contact des participants avec le NEBA, le service d’assistance professionnelle autrichien, sinon avec l’école, l’éducation ou le travail, si possible.

Activitiés du projet

  • Entraînement de football professionnel de haut niveau deux fois par semaine, avec des sessions de trois heures.
  • Trois heures par semaine dans une variété de sports : natation, basketball, volleyball, ping-pong, escalade, bowling, minigolf, frisbee, et d’autres encore.
  • Tournois communs, matches amicaux et entraînement avec des clubs.
  • Participation à la « Kleinfeld-Liga » (ligue de football de Vienne).
  • Activités communes avec l’équipe : sorties cinéma, excursions, visites d’entreprise, ateliers, entraînement au jonglage, etc.
  • Dotation en équipement d’entraînement et en maillots, chaussures et protège-tibias.
  • Supervision, cours de rattrapage et soutien scolaire pour aider dans la scolarité obligatoire.
  • Soutien psychologique et social.
  • Formation individuelle et aide à l’emploi.
  • Formation en langue allemande.
  • Soutien aux parents.

Resultats attendus

Il est attendu que 90 % des jeunes participant au programme (35 garçons et 20 filles) :

  • commenceront/continueront une qualification ou un travail, ou rejoindront une organisation régie par le NEBA ;
  • amélioreront leurs compétences sociales ;
  • développeront un plan de carrière réaliste et seront capables de faire correspondre leurs capacités à une qualification ou un emploi ;
  • feront preuve d’une plus grande motivation ;
  • aimeront le sport et feront plus d’exercice ;
  • comprendront mieux les interactions entre les personnes.

Partenaire

Des avenirs positifs

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Irlande du Nord et République d'Irlande
Date de début 01/12/2021
Date de fin 31/12/2022
Coût du projet 100,000€
Investissement de la Fondation 50,000€
Identifiant du projet 20210469
Partenaires Rio Ferdinand Foundation
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité

Contexte

Les inégalités et les crimes de haine constituent un fléau de plus en plus important en Irlande du Nord et en République d’Irlande. Les villes situées à la frontière entre les deux Irlande sont particulièrement touchées à cause du transfert de communautés migrantes et de réfugiés vers les petites villes, un problème qui vient s’ajouter aux tensions déjà présentes depuis que le Royaume-Uni est sorti de l’Union européenne. Les jeunes sont particulièrement vulnérables. En effet, les frictions entre les communautés sur des questions d’identité nationale et le crime organisé transfrontalier les exposent tout particulièrement à devenir victimes ou auteurs de méfaits.

L’ensemble des bénéficiaires sont des jeunes âgés de 11 à 18 ans en situation difficile :

  • habitant en zone urbaine sensible et/ou risquant le décrochage scolaire,
  • placés sous contrôle judiciaires et résidant en centre éducatif fermé, ou
  • en projet d'insertion professionnelle et/ou de recherche d'emploi.

Contenu du projet

Ce projet favorisera la cohésion sociale et luttera contre le racisme et la xénophobie en responsabilisant les jeunes issus de communautés défavorisées et vulnérables, notamment ceux souffrant d’inégalités économiques, de racisme et de discrimination. Il développera en outre les compétences ainsi que la confiance en eux des jeunes et leur offrira des opportunités, tout en véhiculant un message de respect, d’inclusion et de solidarité pour créer des communautés plus sûres, plus fortes et plus inclusives.

Objectifs

Ce projet créera pour les jeunes un environnement qui :

  • mettra à leur disposition des espaces et des occasions de faciliter la compréhension culturelle et de combattre les répercussions négatives du racisme et de la xénophobie ;
  • renforcera la confiance, les compétences et l’expérience des jeunes afin de les rendre autonomes et capables d’assumer un rôle de premier plan pour prôner l’inclusion, l’égalité et le respect au sein de leur communauté ;
  • leur permettra de nouer des relations amicales durables et de jeter des ponts entre les communautés et les cultures pour lutter contre l'exclusion sociale et la discrimination.

Activitiés du projet

  • Entraînements de football, matches et tournois rassemblant les gens à travers les communautés et les frontières.
  • Ateliers destinés à améliorer la confiance en soi, la santé mentale et le bien-être ainsi qu’à aborder des problèmes liés à la discrimination, au racisme et aux crimes de haine, y compris des sessions en présence d’anciens joueurs ou de joueurs actuels faisant part de leurs propres expériences.
  • Formation certifiée visant à créer des compétences, des occasions et des réseaux.
  • Projets d'action sociale menés par des jeunes pour promouvoir la cohésion et l’inclusion.
  • Accès à des formations continues, à des possibilités d’entraînement et à l’emploi pour les jeunes provenant de communautés vulnérables et marginales.

Resultats attendus

Le projet Positive Futures permettra :

  • à 250 jeunes issus de communautés défavorisées et vulnérables de pratiquer une activité sportive régulière.
  • de soutenir 150 jeunes à travers des ateliers de développement personnel et un mentorat.
  • de dispenser une formation professionnelle certifiée à 100 jeunes.
  • d’organiser quatre événements de cohésion sociale menés par des jeunes afin de réunir les communautés.

Partenaire

Programme de certification en matière de sauvegarde de l’enfance pour les praticiens SFG (Sport for Good)

Situation géographique et informations générales

Terminé
Emplacement Europe
Date de début 31/03/2021
Date de fin 31/03/2022
Coût du projet 207,130€
Investissement de la Fondation 207,130€
Identifiant du projet 20200898
Partenaires Streetfootballworld
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Employabilité - Santé et handicap

Contexte

Les praticiens SFG (Sport for Good) travaillent au quotidien avec des enfants. Cependant, selon une étude du réseau streetfootballworld, seuls 50 % d’entre eux disposent de connaissances basiques ou intermédiaires sur la sauvegarde de l’enfance et seuls 45 % d’entre eux comprennent de façon basique ou intermédiaire les droits de l’enfant et les droits des jeunes sportifs. En tout, 85 % d’entre eux souhaiteraient suivre une formation adaptée sur la sauvegarde de l'enfance. Étant donné que plus de 80 000 adultes travaillent auprès de groupes vulnérables dans le secteur SFG, les besoins en formation sur ce thème sont évidents.

Contenu du projet

La Fondation UEFA pour l’enfance et streetfootballworld (sfw) prendront les devants dans le secteur en proposant un programme de certification et développement des compétences afin de garantir la sauvegarde des droits fondamentaux de l’enfant dans le monde entier. Grâce au soutien de cinq organisations Football for Good (FFG) travaillant auprès d’enfants dans les quartiers, le programme bénéficiera d’un savoir-faire régional, contextuel et culturel. À terme, le programme en ligne de certification en matière de sauvegarde sera mis à la disposition de tous les praticiens SFG dans le monde entier par l’intermédiaire de la Fondation UEFA pour l'enfance.

Objectifs

Ce programme a pour objectif général de limiter les abus volontaires et involontaires envers les groupes vulnérables. Les précédentes initiatives de l’UEFA en matière de sauvegarde de l’enfance serviront à mettre en place un module de certification destiné à tous les praticiens travaillant auprès d’enfants et de jeunes et adultes à risques dans le secteur SFG.

Activités du projet

  • Mettre en œuvre un programme en ligne de certification des connaissances/de formation pour les organisations FFG/SFG.
  • Identifier cinq organisations (mondialement diversifiées et lauréates d’une bourse de la Fondation UEFA en 2020) et collaborer avec elles pour créer des contenus et les adapter selon le contexte et la culture.
  • Former 75 membres du personnel (15 par organisation) grâce au cours.
  • Demander à 150 parents de participer à l’évaluation des contenus.
  • Défendre la création d’une politique globale sur la formation/certification des praticiens FFG avec l’aide de la Fondation UEFA pour l'enfance.

Résultats attendus

  • Un cours en ligne sur la sauvegarde de l’enfance destiné aux praticiens SFG.
  • 75 entraîneurs et membres du personnel des cinq organisations FFG/SFG disposeront d’une qualification en matière de sauvegarde de l’enfance dans le secteur SFG et bénéficieront de connaissances et de compétences pour la protection des enfants et des jeunes à risques.
  • 150 parents feront part de leurs commentaires pour assurer la bonne réception des contenus.
  • Le programme pilote permettra de recueillir des données afin de réfléchir à une approche normalisée au niveau décisionnaire, puis d’apporter des ajustements et de défendre cette approche.

Partenaire

Sport pour les réfugiés et lancement de programmes d’éducation de la petite enfance au Tchad

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Tchad
Date de début 01/01/2021
Date de fin 31/03/2022
Coût du projet 165,253€
Investissement de la Fondation 77,145€
Identifiant du projet 20201117
Partenaires iACT
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Victimes des conflits et réfugiés

Contexte

Le Tchad oriental accueille 360 000 réfugiés, un nombre qui ne cesse d’augmenter en raison des violences observées au Soudan. Comme souligné dans le Rapport sur les objectifs de développement durable 2020, les risques relatifs à la santé, à l’éducation et aux moyens de subsistance des réfugiés et des personnes fuyant les conflits armés, plus particulièrement les femmes et les enfants, sont encore plus élevés en raison du COVID-19.

iACT est une organisation activiste internationale novatrice dont la mission consiste à contribuer à un système humanitaire plus rationnel. Par son travail, elle s’assure que les enfants et les jeunes touchés par les conflits sont en mesure d’exercer leurs droits à l’éducation et à un développement sain. Les programmes d’éducation de la petite enfance et de football de l’iACT, qui sont dispensés par des réfugiés et focalisés sur l’égalité des genres, répondent à des besoins immédiats et pourront se prolonger pendant la pandémie mondiale et au-delà, afin de soutenir sur le long terme les communautés qui en ont besoin.

Contenu du projet

Les programmes « Little Ripples » (Petites vagues) et « Refugees United Soccer Academy » (l’Académie) d’iACT sont les seuls programmes du Tchad oriental à remédier aux problèmes rencontrés en matière d’éducation préscolaire et de sport. Ils permettent aux jeunes réfugiés âgés de 3 à 13 ans de suivre des cours socio-éducatifs complets qui auront des répercussions tout au long de leur vie. Grâce au programme d’éducation de la petite enfance « Little Ripples », les réfugiés et les groupes touchés par les crises humanitaires disposent de l’autonomie suffisante pour mettre en place un système d’éducation complet, de qualité et centré sur les enfants de maternelle qui viendra renforcer le développement socio-émotionnel, cognitif et physique des enfants âgés de 3 à 5 ans. De son côté, l’Académie accueille des filles et des garçons âgés de 6 à 13 ans afin de leur enseigner le travail d’équipe, le leadership et la notion de maintien de la paix, tout en améliorant leurs compétences footballistiques.

Objectifs

  • Aider les enfants à se remettre de traumatismes et à développer des compétences en matière de leadership grâce à des programmes d’éducation de la petite enfance et de sport dispensés par des réfugiés dans les douze camps de réfugiés du Tchad oriental.
  • Documenter le processus dirigé par les réfugiés, en particulier l’élargissement des programmes, et tirer des leçons de l’expérience afin de les partager avec le secteur humanitaire, les partenaires et les soutiens au travail réalisé par les réfugiés, ainsi qu’avec les entraîneurs sportifs et les responsables de l’éducation de la petite enfance.

Activités du projet

  • Des enfants âgés de 3 à 13 ans participeront à « Little Ripples » et à l’Académie six jours par semaine.
  • Le personnel d’iACT, composé de réfugiés, dirigera l’élargissement de « Little Ripples » à un nouveau camp (Amnabak) et celui de l’Académie à quatre nouveaux camps (Amnabak, Gaga, Ouré Cassoni et Tréguine)
  • Des membres expérimentés du personnel se rendront sur les nouveaux lieux du programme, dialogueront avec les leaders et les membres de la communauté, puis formeront et embaucheront des entraîneurs, enseignants, cuisiniers et coordinateurs de programme.
  • Les enseignants de « Little Ripples » et les entraîneurs de l’Académie dispenseront trois séances d’entraînement au cours de l’année 2021.
  • Tous les nouveaux enseignants et entraîneurs d’iACT participeront à « LEAD with EMPATHY », un programme de développement du leadership et des droits de l’homme qui fournit aux réfugiés les outils et les consignes nécessaires pour qu’ils acquièrent des compétences en matière de gestion de programmes et d’organisation de la communauté.
  • Le personnel d’iACT partagera avec l’UEFA et le secteur humanitaire les leçons qu’il aura tirées de l’ensemble du processus d’élargissement dirigé par les réfugiés.

Résultats attendus

  • Formation de 80 entraîneurs au programme de l’Académie d’iACT (50 % d’hommes et 50 % de femmes).
  • Formation de 30 enseignantes au programme « Little Ripples » d’iACT.
  • Recrutement de 16 entraîneurs (50 % d’hommes et 50 % de femmes).
  • Recrutement d’un coordinateur de camp.
  • Recrutement de huit enseignants.
  • Formation de 34 membres du personnel, provenant de la communauté réfugiée, selon le programme de développement du leadership « LEAD with EMPATHY » d’iACT.
  • Trois membres du personnel d’iACT provenant de la communauté réfugiée dirigeront l’élargissement du programme dans quatre camps.
  • Inscription de 8000 enfants à quatre nouveaux programmes de l’Académie.
  • Inscription de 180 enfants dans quatre nouveaux centres préscolaires « Little Ripples », où ils recevront tous les jours des repas nutritifs.

Partenaire

Programme de la fondation pour le football

Situation géographique et informations générales

Terminé
Emplacement Afrique du Sud
Date de début 01/01/2021
Date de fin 31/12/2021
Coût du projet 81,000€
Investissement de la Fondation 30,000€
Identifiant du projet 20201327
Partenaires Grootbos Foundation
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres - Employabilité - Infrastructure et équipement - Santé et handicap - Victimes des conflits et réfugiés

Contexte

La fondation pour le football est une filiale de la fondation Grootbos qui œuvre dans les communes rurales de Hawston, Zwelihle, Hermanus, Stanford, Gansbaai et Elim, dans la région d’Overberg, à deux heures du Cap. Là-bas, les enfants vulnérables et leurs familles vivent dans le dénuement, dans des townships et des quartiers informels surpeuplés, dans des habitations de fortune sans électricité, sans eau courante, sans toilettes à l’intérieur, et sans accès à Internet. Les familles quittent leurs villages d’origine pour se rendre là dans l’espoir de trouver du travail, mais elles se retrouvent confrontées à de nombreux problèmes socioéconomiques : pauvreté, échec scolaire, gangs, braconnage marin, drogues, alcoolisme et violences à caractère sexiste. Chez les jeunes, le taux de chômage dépasse 50 %, et la pandémie de COVID-19 ne fait qu’aggraver la situation. Les écoles ont du mal à servir ces communautés, et les enfants ont peu d’espoir de sortir du cycle de la pauvreté.

Dans ce contexte, le Programme de la fondation pour le football vise à donner aux enfants des modèles positifs et de l’espoir, mais aussi à leur transmettre un style de vie sain et à leur offrir des opportunités prometteuses afin qu’ils puissent poursuivre les mêmes rêves que les enfants plus aisés.

Contenu du projet

Le Programme de la fondation pour le football repose sur des initiatives sportives de développement de la communauté. Il a pour objectif de donner aux enfants vulnérables un accès non seulement au sport mais aussi à l’éducation, aux compétences de vie, à la santé, à la nutrition, à des perspectives de vie, à l’égalité des sexes et à l’emploi et de leur faire prendre conscience de l’importance de la conservation de la nature, ouvrant ainsi la voie vers un avenir meilleur et une vie digne.

 Ce ne sont pas moins de 8461 enfants vulnérables qui participent à des séances quotidiennes et gratuites d’entraînement multisports sur les sites de la communauté et dans les écoles. Dans ces espaces sûrs, des entraîneurs font figure de modèles à suivre pour les enfants ; ces derniers bénéficient de repas quotidiens et disposent d’un accès à Internet ainsi que d’un support d’apprentissage, des éléments essentiels à l’heure où les écoles sont fermées à cause de la pandémie. Les enseignements transmis aux enfants couvrent notamment l’autonomisation des femmes, la conservation de la nature, la nutrition, la prévention contre les maladies sexuellement transmissibles, l’employabilité, l’entrepreneuriat et l’intégration raciale.

Objectifs

Le programme a pour but d’aider les enfants vulnérables (âgés de 6 mois à 18 ans) à sortir du cycle de la pauvreté par le biais de l’entraînement sportif, de l’éducation et de l’acquisition de compétences de vie, afin qu’ils puissent devenir de jeunes adultes épanouis. Mettant l’accent sur les objectifs de développement durable et la conservation de la nature, le programme s’engage à préserver et à restaurer la biodiversité naturelle de la région florale du Cap.

Activités du projet

  • Entraînement sportif : football, hockey, cross, netball, athlétisme, canoë, rugby féminin et sécurité aquatique.
  • Sports favorisant les capacités motrices dans les centres de développement de la petite enfance et dans les centres pour enfants ayant des besoins spécifiques.
  • Programme de prévention des maladies sexuellement transmissibles dans les écoles.
  • Programmes extrascolaires : autonomisation des femmes, Earth Rangers pour la conservation de la nature, nutrition Food 4 Sport, employabilité et entrepreneuriat.
  • Soutien éducatif et accès gratuit à Internet.

 

 

Résultats attendus

  • Programmes sportifs : un minimum de 8461 bénéficiaires âgés de 6 à 18 ans (49 % de filles).
  • Programmes favorisant les capacités motrices : un minimum de 200 bénéficiaires âgés de 0 à 6 ans (50 % de filles).
  • Programmes favorisant les capacités motrices : un minimum de 15 bénéficiaires (âgés de 8 à 16 ans) ayant des besoins spécifiques.
  • Programme d’autonomisation des femmes : 40 bénéficiaires.
  • Programme Earth Rangers : 90 bénéficiaires.
  • Programme de nutrition Food 4 Sport : 120 bénéficiaires.
  • Programme d’employabilité et d’entrepreneuriat : 120 bénéficiaires.
  • Repas quotidiens gratuits : un minimum de 8461 bénéficiaires.
  • Accès au soutien éducatif : 100 bénéficiaires.

Partenaire

FundLife Dream Academy

Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Philippines
Date de début 01/01/2021
Date de fin 31/12/2023
Coût du projet 365,900€
Investissement de la Fondation 126,740€
Identifiant du projet 20201501
Partenaires Fundlife International
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Employabilité - Infrastructure et équipement

Contexte

La FundLife Dream Academy souhaite venir en aide aux jeunes très vulnérables de la ville de Cebu, aux Philippines. Un enfant sur quatre à Cebu vit dans la pauvreté et a peu de chances de gravir l’échelle sociale. L’éducation est pour eux l’un des meilleurs moyens d’accéder à une vie meilleure.

Or les enfants de Cebu ont rarement accès à une éducation adaptée ou sont déscolarisés. Ce manque d’éducation est exacerbé par des catastrophes naturelles fréquentes et, récemment, par la pandémie du COVID-19. Deux fois plus de filles que de garçons sont déscolarisées. Les filles abandonnent leurs études pour des raisons familiales, comme les mariages précoces ou l’isolement dû à leur rôle domestique. Les garçons ont tendance à abandonner l’école par manque d’intérêt personnel, pour soutenir leur famille financièrement ou parce qu’ils ne comprennent pas l’importance de l’éducation pour leur avenir.

Croissance socio-économique ou meilleure représentation politique... Les avantages que présentent l’éducation et l’autonomisation des filles sont nombreux. Selon l’UNICEF, l’éducation des filles permet de sauver des millions de personnes, car elles sont plus à même d’apprécier l’éducation et d’investir dans les générations futures. La société dans son ensemble gagne en bien-être social et émotionnel lorsque les filles et les femmes sont en mesure de faire des choix éclairés qui ont des répercussions dans des domaines aussi divers que la malnutrition et la mortalité des enfants ou un meilleur processus démocratique.

Contenu du projet

FundLife a pour mission de donner à chaque enfant les mêmes chances dans le football et dans la vie. La FundLife Dream Academy (FDA) tente d’étendre le projet phare « Académie des champions de Football for Life » à un nouvel endroit, la ville extrêmement urbanisée et défavorisée de Cebu. Grâce à une approche globale d’autonomisation des jeunes par le sport, la FDA protège et éduque des enfants vulnérables, et leur ouvre des perspectives. Son programme d’enseignement permet aux enfants de s’engager par le football, d’accéder à un apprentissage numérique et de bénéficier un espace sûr dirigé par la communauté (notamment un terrain de futsal). Les enfants peuvent ainsi progresser et acquérir les compétences dont ils ont besoin pour un avenir meilleur.

Objectifs

  • Réduire le taux de déscolarisation dans les quartiers bénéficiaires.
  • Proposer des possibilités de développement personnel et d’emploi aux jeunes.
  • Accroître la participation des filles au sport et leur faciliter l’accès à l’éducation, au développement personnel et à l’emploi.

Activités du projet

  • Séances ludiques bihebdomadaires d’apprentissage du football et de développement personnel.
  • Un match de championnat local hebdomadaire pour donner aux jeunes un sentiment d’appartenance et favoriser leur engagement.
  • Une séance numérique hebdomadaire d’auto-apprentissage supervisé.
  • Accès permanent à du matériel multimédia numérique d’auto-apprentissage.
  • Construction d’un espace sûr pour jouer et apprendre (notamment un terrain de futsal), qui soit dirigé et animé par les habitants du quartier.

FROM TACLOBAN TO MOSCOW

Résultats attendus

  • 6400 séances sur trois ans dans 25 quartiers.
  • 2500 enfants inscrits à la FDA.
  • Baisse de 20 % à 5 % du taux de déscolarisation des enfants inscrits.
  • 50 % de participation féminine à toutes les activités de la FDA.
  • Un espace sûr animé par les habitants du quartier et proposant aux enfants des possibilités de jeu et d’apprentissage afin qu’ils se libèrent de la pauvreté intergénérationnelle.

Partenaire