Situation géographique et informations générales

Ongoing
Emplacement Nationwide, Tanzania
Date de début 01.05.2023
Date de fin 31.12.2023
Coût du projet EUR 55 000
Investissement de la Fondation EUR 55 000
Identifiant du projet 20221136
Partenaires Karibu Tanzania Organization
Catégories Accès au sport - Développement personnel - Egalité des genres

Contexte 

Au sein de la société tanzanienne règne une considérable inégalité des genres, qui restreint l’accès des filles et des femmes aux services les plus élémentaires. Le pays dispose du taux le plus élevé de mariage et de grossesses précoces au monde (ministère de l’Éducation et de la formation technique, 2008 ; Statistiques sur l’éducation de base en Tanzanie, 2010), avec les conséquences dévastatrices que cette situation engendre en matière de déscolarisation des filles. En outre, les cas de violence et de maltraitance commis sur des enfants sont en hausse dans l’ensemble du pays. Les violences faites aux enfants constituent un problème majeur, et un rapport sur le sujet publié en 2019 a mis en lumière le fait que près de trois filles sur dix et environ un garçon sur sept subissent des violences sexuelles avant l’âge de 18 ans. Les trois quarts environ des enfants tanzaniens subissent des violences physiques avant l’âge de 18 ans (UNICEF, 2019).

Nombre de filles tanzaniennes pleines de talent pourraient devenir de formidables footballeuses, entraîneures, arbitres, administratrices et doctoresses du sport. Malheureusement, le pays manque d’organisations et d’infrastructures qui encouragent les femmes à s’engager dans le football, sans parler des normes culturelles négatives qui restreignent la participation des filles et des femmes aux activités sportives.

Objectifs du projet

  • Promouvoir le football féminin dans les écoles primaires grâce aux centres d’éducation populaire (folk development colleges, FDC).
  • Aider les filles à devenir des footballeuses compétentes et sûres d’elles, qui ont de bonnes connaissances sur ce
  • sport et sur ses débouchés économiques.
  • Promouvoir l’engagement des filles et renforcer leur estime d’elles-mêmes, leur confiance en elles et la connaissance qu’elles ont de leurs droits.
  • Réduire le taux de déscolarisation au niveau primaire.
  • Accroître la sensibilisation aux droits de l’enfant et à l’importance de la sauvegarde de l’enfance.
  • Promouvoir le sport au service du développement de l’enfance et de l’apprentissage, tant dans des centres de jour qu’au domicile des enfants.

Contenu du projet

Le projet offre aux filles l’occasion d’entrer dans le monde du football. Il a permis l’introduction d’activités de football dans 86 écoles primaires, en collaboration avec 43 FDC, dans 23 régions du pays en 2022. Ce projet sera étendu afin de toucher 108 écoles primaires de 54 FDC dans 24 régions en 2023. Cette initiative a accru le nombre de filles qui jouent au football à différents niveaux.

Les activités menées dans le cadre de ce projet sont les suivantes :

1) Mener des réunions d’information des parties prenantes et d’examen du projet ; proposer une formation sur les droits de l’enfant et la sauvegarde de l’enfance.

2) Aider les écoles primaires participant au projet en organisant une formation sur le football et en leur fournissant du matériel éducatif, y compris des équipements de football (maillots, ballons et dossards).

3) Organiser des matches et des tournois de football dans les écoles primaires pour filles.

4) Améliorer la compréhension que les professeurs d’éducation physique en école primaire ont des droits de l’enfant et de la sauvegarde de l’enfance.

5) Inciter les communautés à engager le dialogue sur l’égalité des genres, la participation des filles au football, les droits de l’enfant et la sauvegarde de l’enfance.

6) Mobiliser les médias afin de sensibiliser le public à ces questions et de promouvoir le projet.

7) Superviser le projet.

Partenaires

Autres projets dans Afrique

Renforcer l’action climatique grâce au sport inclusif
Ne laisser aucun jeune sur le banc de touche !
KIFUMPA : des filles unies
Le sport pour la résilience et l’autonomie, phase 2