Cohésion sociale grâce au football au Liban

Situation géographique et informations générales

Lieu: Beyrouth et Bekaa au Liban
Statut: Ongoing
Identifiant: ASI - 0106
Commencé le: 01/10/2016
Fini le: 30/09/2017
Coût global du projet: $ 338,243
Financement de la fondation: 150,000
Partenaires: American Near East Refugee Aid (ANERA), streetfootballworld

Contexte

La crise des réfugiés au Liban, qui en est maintenant à sa sixième année, a dépassé les pires pronostics. Le Liban accueille aujourd’hui la plus importante proportion de réfugiés par habitant au monde, avec près de 1,2 million de réfugiés enregistrés. Cette crise a un impact disproportionné sur les enfants et les jeunes adultes, 28 % des réfugiés ayant entre 10 et 24 ans.

Sans oublier les répercussions significatives sur le Liban lui-même – aux niveaux politique, économique et social –, dont le système de sécurité fragile a été mis à rude épreuve.

Dans de telles circonstances, les adolescents et les jeunes adultes sont particulièrement vulnérables aux situations d’abus et d’exploitation. Outre le fait qu’ils sont susceptibles d’adopter des comportements risqués, ils courent également le danger d’être recrutés par des gangs ou par des milices impliquées dans des conflits locaux et régionaux. Cependant, en raison de l’ampleur de la crise syrienne, l’aide humanitaire et l’aide d’urgence se sont concentrées principalement sur les jeunes enfants, ciblant en priorité leurs besoins. Les programmes axés sur les adolescents et les jeunes adultes ont été moins nombreux et aussi moins larges et moins étendus.

Contenu du projet

Utiliser le sport pour favoriser le développement et la cohésion sociale s’est révélé un moyen particulièrement efficace de s’engager auprès des jeunes vulnérables. Comme plusieurs évaluations l’ont confirmé, les activités et les événements sportifs inter- et intracommunautaires constituent un outil puissant à cet égard, car ils permettent de rassembler des enfants et des jeunes en situation de vulnérabilité issus de différents milieux et leur donnent une occasion d’interagir et de jouer ensemble dans un contexte neutre et sûr. Il a aussi été démontré que le sport augmente la confiance en soi, favorise l’épanouissement personnel et développe l’esprit d’équipe, offrant ainsi de nombreux atouts pour la vie aux adolescents.

Ce programme ne se limite pas à aider des jeunes et des organisations en particulier : il encourage les bénéficiaires à transmettre leurs acquis au sein de leur famille et de leur communauté. Le projet est donc conçu de telle manière que ses répercussions dépassent le nombre de bénéficiaires directs et que ses effets positifs se prolongent bien après la clôture officielle du programme. Les bénéficiaires reçoivent toutes les compétences et tout le soutien dont ils ont besoin en matière de football de base pour transmettre leurs connaissances à d’autres jeunes marginalisés et pour mettre en place leurs propres programmes, en vue de faire passer le message de « football3 » à travers le pays et d’encourager le développement personnel par le sport.

Le sport a un rôle particulièrement important à jouer quand il s’agit des filles et des enfants ayant des besoins spécifiques. Les stéréotypes, les normes sociales et les traditions leur ont habituellement interdit l’accès au sport en général, et au football en particulier. Ouvrir les programmes sportifs à ces enfants et leur donner la chance non seulement d’acquérir des apprentissages de base pour la vie mais également d’explorer des voies qui leur sont normalement fermées leur permettra de mieux s’intégrer dans la société au sens large et les encouragera à remettre plus activement en question les normes sociales. La méthodologie « football3 » encourage tous les participants à aborder des questions telles que l’intégration, la tolérance, le fair-play et l’égalité des droits. Aux filles en particulier, elle donne une occasion concrète d’exercer leurs droits, sur le terrain et en dehors.

Objectifs

1) Sélectionner et former 185 responsables sportifs (jeunes leaders bénévoles et entraîneurs) en leur enseignant la méthodologie de « fooball3 » et des compétences complémentaires (notamment des apprentissages de base pour la vie, des capacités de communication et des techniques de gestion des conflits).

2) Faire participer quelque 4500 garçons et filles entre 10 et 14 ans (50 % de réfugiés et 50 % de membres de la communauté d’accueil ; 60 % de garçons et 40 % de filles) à des activités sportives régulières encourageant l’intégration sociale, leur enseigner en parallèle des apprentissages de base pour la vie et leur faire passer des messages relatifs à la santé.

3) Impliquer au moins 2400 garçons et filles entre 10 et 14 ans dans des tournois et des événements sportifs communautaires thématiques favorisant la cohésion sociale et l’intégration dans les communautés d’accueil.

4) Développer une stratégie à l’échelle nationale encourageant la promotion de la cohésion sociale par le sport, en collaboration avec des partenaires et des ONG existants.

Activités du projet

    • Former les entraîneurs et les jeunes leaders à la gestion de conflit, leur enseigner des apprentissages de base pour la vie et la méthodologie « football3 »

L’association ANERA forme actuellement 90 entraîneurs et 95 jeunes leaders afin qu’ils contribuent à l’éducation par le sport dans 100 clubs de football populaires du Liban. Les entraîneurs sont déjà très actifs dans ces clubs de sport, où ils enseignent les nouvelles techniques et méthodologies. Les jeunes leaders seront bientôt sélectionnés dans le programme actuel d’ANERA en tant que jeunes actifs capables de faire preuve de leadership au sein de la communauté. Ce programme de formation vise à améliorer la portée et à accroître la capacité des activités sportives, à fournir des idées en vue d’activités mieux adaptées et plus professionnelles, et à optimiser l’entraînement. Cet objectif sera atteint grâce à 60 séances d’entraînement/de formation abordant tant les compétences sportives que les apprentissages de base pour la vie.

    • Organiser 150 cours de sport pour 4500 adolescent(e)s et jeunes garçons et filles

Les entraîneurs et les jeunes leaders formés organisent des cours de sport pour les enfants afin de promouvoir et d’établir des activités sportives dans des zones où l’accès au sport est limité ou inexistant. Ces séances sont adaptées aux besoins de chaque groupe cible, avec huit à douze séances de 90 minutes chaque mois (à savoir au minimum 12 heures d’enseignement par mois), plusieurs séries pouvant être organisées si la demande est suffisante. Les séances abordent les apprentissages de base pour la vie et les questions d’hygiène, et favorisent le développement personnel, les entraîneurs et les jeunes leaders transmettant tout ce qu’ils ont appris au cours de leur propre formation.

    • Organiser huit tournois et événements sportifs thématiques inter- et intracommunautaires impliquant au moins 300 garçons et filles chacun, pour un total de 2400 adolescents et jeunes (sur des thèmes comme la nutrition, l’hygiène et les apprentissages de base pour la vie)

ANERA soutient également huit tournois sportifs (trois à Beyrouth, quatre dans la région de la Bekaa et trois dans le sud du pays), impliquant au moins 2400 garçons et filles dans des activités inter-et intracommunautaires visant à accroître la cohésion et l’intégration sociales. Cette initiative mobilise des jeunes et des groupes menés par de jeunes leaders dans l’organisation d’événements et de tournois dont la vocation est d’entretenir les relations entre les clubs sportifs et ces groupes issus de différentes régions. Ces événements, qui constituent une occasion de rassembler des représentants de différentes populations de réfugiés et des communautés d’accueil, présentent des éléments conçus spécifiquement pour favoriser la paix, la communication et la cohésion sociale (plutôt que la rivalité) entre des participants de différents milieux.

Partenaires


Logo street football world