Extra Time – Tackling the ‘Dead Zone’

Situation géographique et informations générales

Lieu: Guatemala
Statut: En cours
Identifiant: SAM - 0102
Commencé le: 03/04/2017
Fini le: 31/10/2018
Coût global du projet: €55,978
Financement de la fondation: €37,222
Partenaires: Education for the Children, Plan International, Wings Guatemala

Contexte

Jocotenango est une région du Guatemala qui souffre d’une extrême pauvreté et qui enregistre une forte criminalité liée aux gangs, une consommation excessive de drogues et d’alcool, et une violence domestique et sexuelle marquée. Education for the Children (EFTC) gère dans la région une École de l’Espoir, qui est fréquentée par plus de 650 enfants. Cette organisation déploie également un plan intégré en quatre points qui aide les gens à sortir de la pauvreté, et qui associe éducation, nutrition, soins médicaux et soutien social.

Le projet d’EFTC « Extra Time : s’occuper après l’école » vise à couvrir la période entre la fin des cours à l’école et le retour à la maison des parents après le travail (souvent tard le soir). EFTC prévoit d’utiliser le sport comme une solution à ce problème, en cherchant à lutter contre les conséquences à vie pour les enfants qui tombent dans la criminalité liée aux gangs, consomment des drogues et adoptent un comportement antisocial. Comme le Guatemala est frappé par une saison des pluies qui dure trois mois, l’EFTC construira un terrain praticable par tous les temps, doté d’un toit et d’un système de drainage, afin de permettre aux enfants de l’utiliser toute l’année. Le nouveau site sera également utilisé pour différents projets communautaires, notamment pour des ateliers destinés aux enfants et aux parents, des contrôles médicaux ainsi qu’un projet d’autonomisation à l’intention des filles. Pour l’École de l’Espoir, le sport est bien plus qu’un jeu, il change la vie.

Contenu du projet

Le sport pour s’occuper après l’école

Le projet « Extra Time : s’occuper après l’école » utilisera l’accès au sport pour résoudre le problème posé par les heures après les cours. L’organisation de clubs de sport et d’ateliers communautaires après l’école fournira d’excellentes occasions pour le développement personnel et la défense des droits des enfants.

Accès aux compétences de base pour la vie à travers le sport

Les clubs de football – et les clubs sportifs en général – ne serviront pas seulement d’activité alternative, mais joueront un rôle essentiel dans le développement des enfants.

Rapprocher les communautés

Des tournois seront également organisés dans le cadre du projet « Extra Time : s’occuper après l’école » afin de rapprocher les communautés locales.

Une école de passionnés de football

Actuellement, l’École de l’Espoir est remplie de passionnés de football qui n’ont pas vraiment l’occasion de pratiquer ce sport. EFTC a pour but d’exploiter leur passion pour le football et d’utiliser celui-ci pour apporter une solution au problème des heures après l’école en les aidant à réussir dans la vie en sortant de la pauvreté.

Objectifs

  • Apporter une solution au problèmes des heures après l’école et offrir aux enfants vivant dans la pauvreté une alternative à traîner dans la rue après l’école ;
  • proposer des activités positives afin de détourner les enfants de la criminalité, de la consommation d’alcool et de drogues, et de rapports sexuels non protégés/précoces ;
  • augmenter la participation au sport parmi les enfants n’ayant actuellement pas accès aux installations, aux entraînements ou à l’équipement ;
  • rendre les filles plus sûres d’elles grâce au sport, à des cours d’auto-défense et à des ateliers ;
  • fournir à la communauté locale un lieu sûr pour des ateliers ;
  • rapprocher les communautés grâce à des tournois de football interscolaires.

 

Résultats attendus

  • Accès au sport et à des ateliers communautaires pour 3000 personnes qui n’y ont pas accès actuellement ;
  • enfants mieux protégés, plus sains et davantage motivés par l’école ;
  • enfants occupés et moins attirés par la criminalité liée aux gangs, par la consommation excessive d’alcool et de drogues ou par des rapports sexuels non protégés après l’école ;
  • enfants bien informés sur le thème de la sexualité, des maladies sexuellement transmissibles et des abus sexuels ;
  • diminution du nombre d’enfants de l’École de l’Espoir impliqués dans la criminalité liée aux gangs ;
  • meilleures perspectives d’avenir pour les enfants grâce à l’apprentissage des compétences de base pour la vie lors d’activités sportives ;
  • diminution du nombre de cas de consommation de drogues à l’École de l’Espoir ;
  • diminution du nombre de grossesses précoces à l’École de l’Espoir (diminution attendue de dix à cinq d’ici à la fin de la première année) ;
  • filles plus sûres d’elles, réalisant des études supérieures et faisant des choix positifs concernant leur avenir ;
  • engagement plus marqué au sein de la communauté locale par le biais d’ateliers communautaires ;
  • meilleur réseautage avec les écoles des communautés environnantes grâce à des tournois.

Partenaires